Partager

Les prolongations du match entre Diamil Faye et la Fédération se poursuivent. Annoncé dans le viseur de la Commission de discipline de la Fsf pour avoir interdit la retransmission du match Guédiawaye Fc Diambars (0-0, 12e J.), mercredi dernier, au stade Amadou Barry, Diamil Faye contre-attaque. Lors d’un point de presse express à la mi-temps du match d’hier entre Jaraaf et Guédiawaye Fc à Demba Diop, le boss de la société Jappo SA qui a repris le club de la banlieue depuis 2011, n’a pas reculé. Il a plutôt enfoncé le clou, taclant sèchement Me Augustin Senghor. Une «autre raison» donnée à l’arbitre de le convoquer devant la Commission de discipline.

Supposée convocation :

«On a dit que j’étais convoqué à la Commission de discipline (de la Fsf), ce qui est, pour le moment, faux. A l’heure où je vous parle (hier à la mi-temps de Jaraaf-Guédiawaye Fc, Ndlr), personne ne m’a saisi. Ni la Fédération ni la Ligue. Pour moi, je n’ai pas été convoqué. Avec mon avocat, je demande que les sites internet qui avaient publié l’information de l’enlever dans les 48 heures qui suivent ou de me dire d’où elle vient. Parce que si je suis convoqué devant une Commission de discipline, je dois en être notifié. Augustin Senghor a demandé que la Ligue me sanctionne. Je voudrais lui répéter que je maintiens à 200% tout ce que j’ai déclaré jusqu’à présent. Je n’enlève pas une virgule. S’ils ont le courage, qu’ils viennent me convoquer et je m’expliquerai et poserai les raisons de mes déclarations sur la table. Il y a des gens qui m’ont interpellé, me disant : «Apparemment, vous allez lever le pied, car vous allez être sanctionné.» Je ne lèverai jamais le pied, parce que je suis dans un combat pour le football. Je ne suis pas dans une logique affairiste, mais dans une logique de club. Donc, le reste ne m’intéresse pas.»

«Augustin m’a donné raison»

Augustin Senghor :

«Je rappelle à Augustin Senghor que j’ai bloqué des arbitres à Amadou Barry et ceux-ci dépendent directement de la Fédération. Je lui demande pourquoi il ne m’a convoqué à cette période-là. J’avais également dit que la Ligue était illégale et personne ne m’a convoqué. J’avais aussi dit qu’aucun contrat ne liait la Ligue à la Fédération sénégalaise de football, que le contrat est périmé depuis longtemps. Et Augustin m’a donné raison car, lors du dernier Comité exécutif (de la Fsf), il a déclaré que la Fédération était en train de travailler sur les textes pour mettre en place un contrat inédit. Cela veut dire qu’il reconnaît lui-même qu’il n’y a pas de contrat. Je veux être très clair. J’avais aussi séparé les vestiaires à Amadou Barry et refusé, lorsque la Ligue m’a demandé de le remettre en place. Jusqu’à présent, personne ne m’a convoqué. Je leur donne de nouveaux arguments pour qu’ils puissent me convoquer et là, je m’expliquerai. Cela pose même le problème de l’indépendance de la Commission de discipline. C’est comme si le président de la République demandait à des avocats ou au tribunal d’aller sanctionner un citoyen. Cela me paraitrait extrêmement grave, si on demande à la Commission de discipline de convoquer des gens et de les sanctionner.»

«Il y a des gens tapis dans l’ombre dans ce football»

Mort d’un supporter :

«Il y a beaucoup de manquements dans le football sénégalais. Quand il y a eu des incidents entre Pikine et Guédiawaye, avec la mort d’Ibrahima Gningue (le 10 janvier 2015, GFC 3-0 AS Pikine, 7e J. L1, Ndlr), la Ligue et la Fédération ont dit qu’il allait y avoir une commission d’enquête. Jusqu’à présent, personne n’est venu à Guédiawaye nous poser des questions. Je leur demande où sont les résultats de cette commission d’enquête. Il faut que cela soit très clair. J’ai aussi dit, la dernière fois, que quand la Fédération va en déplacement en match officiel, ils sont payés. Et contre le Mexique, j’avais demandé à la Fédération de dire combien ils ont gagné. Je suis très satisfait parce qu’ils ont déclaré, pour la première fois, combien ils ont gagné. Et là encore, je leur donne une raison de me convoquer.»

Un message :

«L’autre chose sur laquelle je vais m’appesantir est qu’il y a des gens tapis dans l’ombre dans ce football, qui viennent souvent me voir, me disant une chose et son contraire, quand ils sont derrière. Que ces gens-là fassent comme moi. Je ne veux plus voir de gens dire des choses derrière moi et viennent me voir, affichant le sourire. Je le sais et je leur lance un message très clair sur ce plan, pour que les choses soient rétablies dans l’ordre.»