Partager

Contrairement à la précédente saison où ils ont fait parler d’eux, les attaquants sénégalais sont actuellement à la peine. Mais, pour Henri Camara, la situation est loin d’être alarmante.

«C’est vrai que depuis quelque temps, les attaquants sénégalais ne marquent pas dans leurs clubs respectifs. Mais, la situation est loin d’être alarmante. Cela fait partie du quotidien de tous les buteurs. Il faut qu’ils soient mentalement forts sinon la situation risque de perdurer. Si un attaquant reste trois matchs sans marquer de but, il commence à douter. Personnellement, j’ai connu cette situation dans pratiquement tous les clubs où je suis passé. Mais, comme je le dis souvent, il ne faut pas se focaliser là-dessus. Après chaque séance d’entraînement, un attaquant doit mener un travail supplémentaire devant les buts.

«Sadio, un joueur imprévisible»

Un joueur comme Sadio Mané est en difficulté. C’est perceptible mais cela ne veut pas dire qu’il a perdu tout son potentiel. Au contraire. Tout le monde sait que c’est un joueur imprévisible qui peut faire la différence à tout moment. Il sera difficile pour moi de dire exactement ce qui lui manque parce que techniquement, il est au top et il allie cela à la vitesse. Je le suis tous les week-ends et je sais qu’il peut progresser pour devenir l’un des meilleurs joueurs d’Europe. Il suffit qu’il mette l’accent sur le travail et oublie ce but qui tarde à venir.

«Mame biram est freiné par la concurrence»

C’est pareil pour Mame Biram Diouf. Pour qu’un attaquant marque des buts, il faut qu’il joue régulièrement. Or, Mame Biram n’est pratiquement pas titulaire à Stoke. C’est un grand attaquant fort dans les duels. Je ne peux que l’encourager. Il ne doit pas baisser les bras. Le haut niveau est ainsi fait. La concurrence fait partie de la vie d’un footballeur et je suis persuadé que s’il continue à jouer des matchs comme lors des deux dernières journées, Mame Biram Diouf retrouvera toutes ses sensations de buteur».