Partager

Ils ont été décisifs pour leur équipe respective durant ce week end en championnat. Cheikh Ndoye, Zargo Touré et Younousse Sankharé ont fait parler d’eux ce week en Ligue 1. De belles performances qui les ont valu une place dans Top 5 des meilleurs africains concocté par FranceFootball.

Cette saison, le capitaine du SCO n’avait pas encore marqué à domicile. Déjà auteur de cinq réalisations, le Sénégalais a encore réalisé un match magistral face à Monaco. Sur sa présence athlétique et son impact sur le plan défensif, quand il s’agit de récupérer des ballons, tout a déjà été dit. Le Sénégalais a prouvé samedi qu’il était également très réactif face au but. C’est lui qui a ouvert la marque en détournant une frappe de Saïss – consécutive à un corner – sur la ligne de but, après moins de vingt minutes de jeu. Quelques instants avant la pause, et encore sur corner, il récidivait du pied, lui que l’on sait très précieux de la tête. Encore une énorme prestation pour Angers (3-0) qui revient à deux points du dauphin, Monaco.

Absent lors des derniers matches de Coupe (Gazélec) et de Championnat (contre Bastia) après avoir reçu un carton rouge contre Nantes, Younousse a effectué un retour tonitruant dans le onze type de Gourvennec. Auteur d’une passe décisive – un joli décalage côté droit sur le but victorieux de Jimmy Briand – et d’un but (son troisième de la saison en Championnat), il a réalisé un match de grande qualité, associé à son binôme Lionel Mathis. Généralement, lorsque ces deux-là livrent un grand match, le résultat n’est jamais bien loin pour le club costarmoricain.

Latéral droit de formation mais aligné comme stoppeur à Lorient par Sylvain Ripoll, l’international A sénégalais s’est rappelé au bon souvenir d’Aliou Cissé, son sélectionneur, qui ne le titularise pas ces derniers temps. Auteur du doublé victorieux pour Lorient contre Reims (2-0), l’ancien joueur de l’US Boulogne puis du Havre a inscrit deux buts absolument identiques (de la tête) sur des corners de Jouffre. Au passage, Touré a démontré qu’il pouvait sauter très haut, plus haut par exemple qu’un Aissa Mandi.