Partager

Pour le compte de la 11ème journée de la Ligue 1 sénégalaise, le Jaraaf de Dakar et le Casa Sports  se sont quitté avec un score nul 1-1. Un derby qui a toutes ses promesses, tant sur le plan du jeu, du spectacle sur le terrain et dans les gradins. Malheureusement, la violence a encore refait surface à cause d’une supposée ou réelle erreur d’arbitrage qui a permis au club fanion d’arracher un match face à sa bête noire.

Un match Jaraaf-Casa Sports constitue toujours un sommet dans le football sénégalais. Celui de samedi n’a pas échappé à cette règle inscrite dans l’agenda de notre sport. Pour le compte de 11ème journée de la Ligue 1, le Jaraaf de Dakar et le Casa Sports ont régalé leur public. Une belle prestation que les supporters et les téléspectateurs auront envie de revoir tous les week-ends au stade Demba Diop ou ailleurs au Sénégal.

Sans conteste, le match de ce samedi, a été le meilleur depuis le début de la saison 2015-2016. Et dès le coup d’envoi, le Jaraaf a tenu à démontrer qu’il mérite mieux que la 10ème place qu’il occupe présentement avec seulement 12 points. Les hommes d’Alassane Dia, visiblement bien préparés, tentent d’étouffer leur adversaire. Mais le Casa Sports qui a repris du poil de la bête, comme en témoigne sa 3èmeplace avec 16 points, ne s’est pas présenté au mythique stade Demba Diop, en victimes expiatoires.

Les poulains de Demba Ramata Ndiaye, avaient des arguments à faire valoir.  Conséquence : le bon jeu a été au rendez-vous, même si aucun de ces deux équipes n’est sortie victorieuses.
Et c’est le virevoltant Daouda Guèye Diemé, qui était dans tous les bons coups, même si Ibrahima Diop a vendangé tous les caviars qu’il l’avait offerts, qui a annoncé les couleurs avec ses débordement et ses dribbles. Avant la mi-temps, si le Jaraaf avait mené deux buts à zéro, personne ne trouverait à redire. Mais, l’attaque des Vert et Blanc a fait preuve d’inefficacité, comme c’est le cas depuis le début de la saison.
Au retour des vestiaires, c’est le défenseur central du Jaraaf, Pape Sassy Diallo, qui va profiter d’une énorme bourde du portier du Casa Sports, pour ouvrir la marque à la  62ème min de jeu, sur un corner du milieu de terrain, Fidel Gomis. C’est en ce moment que coach de l’équipe de Ziguinchor, Demba Ramata Ndiaye, décide de lancer Aliou Badji, de retour de blessure, à la place de Bassirou Bodian à la 70ème min.
Coaching payant pour l’ancien international sénégalais. Puisque son attaquant vedette va reprendre un centre de Chérif Sané pour égaliser. Un but, validé par le juge de touche, qui fera l’objet dans vives contestations du côté du Jaraaf. Le match sera d’ailleurs interrompu pendant quelques minutes à cause des jets de pierre des supporters des Vert et Blanc. Les appels au calme du vice-président du Jaraaf, Ndoffène Fall qui a traversé tout le terrain, pour apaiser la tension n’y fera. Il a encore fallu que les forces de l’ordre fassent usage de force en contraignant une partie des supporters à quitter les gradins pour que le match reprenne.
Au finish, le derby aura tenu toute sa promesse. Mais encore une fois, la violence qui a refait surface a failli gâcher la fête.
En lever de rideau de ce match, l’Us Ouakam et la Linguère de Saint-Louis se sont quitté sur un score nul et vierge.
REACTIONS…REACTIONS…REACTIONS…
ALASSANE DIA, ENTRAINEUR DU JARAAF : 
«Les deux équipes ont joué ouvert et nous pensons avoir réussi le plus difficile,  c’est-à-dire scorer. Mais le Casa Sports a bien réagi. Pour l’arbitrage, je pense que c’est simplement des aléas liés à un championnat et que ce sont des choses qui arrivent».
DEMBA RAMATA NDIAYE, ENTRAINEUR DU CASA SPORTS
«Je suis satisfait pour le contenu du match. On a dit qu’on va jouer au fond pour le maintien. On a une équipe  jeune et on va continuer à travailler pour rester dans la bonne voie sur laquelle nous sommes».