Partager

El Hadji Malick Sy « Souris » est favorable à la révision des critères d’attribution du Ballon d’Or africain après le choix controversé de Pierre Aubameyang en cette fin d’année 2015. L’ancien président de la Fédération sénégalaise de football pense qu’il est le seul moyen de crédibiliser le choix qui, pour nombre d’observateurs, n’obéit à aucune logique.

S’il ne tenait qu’à El Hadji Malick Sy «Souris», l’Afrique dégagera de nouveaux critères pour l’attribution du Ballon d’Or. L’ancien président de la Fédération sénégalaise de football estime que le choix qui a été porté sur Pierre Emeyric Aubameyang pose actuellement problème au regard des prestations du  Gabonais  dans le football continental. « Il faut que l’Afrique revoit les critères de choix. C’est le meilleur joueur d’Afrique ou le meilleur joueur noir africain qui joue en Europe ?
La preuve, aucun des joueurs choisis ne joue en Afrique. Messi est le Ballon d’Or européen, mais il n’est pas Européen, il est Argentin, Neymar est Brésilien, Ronaldo est Portugais. Donc, on tient compte du championnat européen. Il faut que l’Afrique dégage ses critères de choix du Ballon d’Or. C’est parce que la Caf imite toujours ce qui se passe en Europe et oublie même ses propres racines»,  soutient-il. «On peut dire que le titre est mérité pour Aubameyang. Mais, si on dit le Ballon d’Or de l’Afrique, du football africain, ce n’est pas évident qu’il le soit parce qu’il n’a rien gagné. Car, son équipe le Gabon a été  éliminée au premier tour de la Can. Alors que Yaya Touré et Ayew ont été sacrés dans le football africain  au cours de l’année. Donc, leurs arguments restent valables. C’est à nous de voir qu’est ce que l’on choisit. Si on veut amalgamer les deux, il faut  au moins définir des critères. Mais choisir le meilleur africain alors qu’il est passé à travers la Coupe d’Afrique des nations, cela pose problème»,  ajoute-t-il.
«Il faut le Ballon d’Or africain ou le Ballon d’Or de l’Afrique»
Poursuivant son propos, l’ancienne gloire du football sénégalais de soutenir : «Cela montre comment nous sommes dépendants sur le plan du football de tout ce qui se passe en Europe. Je compare souvent le problème  au riz. On vit de l’importation, on ne consomme pas ce que l’on a. Soit il faut le Ballon d’Or africain ou le Ballon d’Or de l’Afrique. Il  y a une nuance. Si on veut  mettre dans le  choix du Ballon d’Or le comportement des joueurs africains qui sont en France dans le championnat français, en Coupe d’Europe et juger  Aubameyang, Ayew etc.» relève-t-il tout en ayant à redire sur la sortie de l’Ivoirien  Yaya Touré  qui n’a pas manqué d’afficher sa déception. «On ne peut pas dire que de Yaya Touré n’a pas été élégant vis-à-vis de son jeune frère. Même si son raisonnement peut être contesté», conclut le président Sy.