Partager

En vacances depuis lundi dernier à Mbour, sa ville natale, Kara Mbodj a encore sacrifié à ses traditionnelles actions sociales. En marge de sa visite à la pouponnière Vivre Ensemble, à la MAC, au poste de Santé et au commissariat de Mbour, le défenseur central d’Anderlecht et des Lions du Sénégal a répondu aux questions de STADES

Serigne Modou Kara, quel bilan à mi-parcours faites-vous de votre saison avec anderlecht club avec lequel vous avez eu des débuts difficiles ? 

Alhamdoulilah, je tiens à remercier Dieu et le Prophète Mohamed (PSL), à remercier mes parents. C’est vrai mes débuts avec Anderlecht n’étaient pas faciles, j’avais eu quelques problèmes d’adaptation. Il y avait la pression car j’étais le défenseur le plus cher de l’histoire du club et ça joue. Je n’avais pas droit à l’erreur mais cette pression j’en ai fait une pression positive et au fil des matchs je me suis retrouvé et montré aux dirigeants
qu’ils ne s’étaient pas trompées en me faisant confiance. Nous avons terminé avec la meilleure défense du championnat et sur le plan personnel j’ai été parmi les cinq meilleurs joueurs africains en Belgique (Kara 5ème place du Soulier d’Ebène, ndlr) avec Genk. Pour ce qui concerne cette saison nous avons fait une bonne moitié de saison, nous sommes 2èmes à 2 points du leader, nous sommes qualifiés en 16èmes de finale de l’Europa League. Même si tout n’est pas rose, nous allons tout faire pour rectifier nos erreurs de la phase aller et essayer de mieux faire pour gagner ce championnat.

Ne regrettez-vous pas d’avoir signé à anderlecht, alors qu’il y avait des clubs de la Premier league anglaise qui étaient là ?

Non pas du tout ! C’est vrai, il y avait beaucoup de grands clubs qui me voulaient, mais je voulais rester en Belgique pour grandir car en football, il faut avoir un plan de carrière et ne pas brûler les étapes. Les conseils de mon entourage et la proposition des dirigeants d’Anderlecht m’ont convaincu. Ensuite, je voulais aussi aller dans un club où je joue. Donc, je ne regrette rien de mon choix pour Anderlecht qui est un grand club en Belgique et joue chaque année les compétitions européennes. Actuellement, je me sens bien là-bas et je suis devenu un des joueurs les plus respectés du club, tout le monde m’écoute que ce soit sur le terrain ou dans les vestiaires. Donc maintenant je n’ai plus droit à l’erreur car je dois donner l’exemple et me donner à fond sur le terrain.

Quels sont vos objectifs pour cette nouvelle saison ?

Comme je l’ai dit, actuellement nous sommes 2èmes au classement à 2 points du leader après la 21ème journée et nous sommes qualifiés en 16èmes de finale de l’Europa League. Mes objectifs sont clairs, ils restent les mêmes que quand j’arrivais au club. J’avais dit que j’étais là pour gagner des trophées donc l’objectif principal est d’être champion de Belgique et être le meilleur défenseur du championnat. Comme la saison écoulée j’étais parmi les cinq meilleurs joueurs africains de Belgique, cette saison je travaille dur pour aller de l’avant c’est-à-dire être le meilleur joueur africain en Belgique et gagner le Soulier d’Ebène. Avec  l’équipe nationale, l’objectif c’est se qualifier à la CAN et au Mondial.

Vous avez participé aux Jo 2012, le Sénégal va rater ceux de 2016 à rio après l’échec des u23 à la récente CaN. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Je les encourage car ils avaient la volonté et la motivation d’offrir au Sénégal cette CAN, après avoir gagné les Jeux africains de Brazzaville. Vous savez le football est complexe et il y a beaucoup de facteurs qui entrent en jeu. Mais l’équipe avait les moyens de gagner et de se qualifier aux JO de  Rio en 2016. Mais c’est la loi du football, ça va permettre aux jeunes de grandir car c’est un échec qui leur permettra d’apprendre. Et actuellement au Sénégal il y a un excellent travail sur la petite catégorie et je tiens à féliciter le coach Serigne Saliou Dia qui a abattu un excellent travail au niveau de cette équipe qui regorge de joueurs talentueux. Durant cette CAN, les Lions ont fait un excellent tournoi et les matchs se sont joués sur de petits détails.

Beaucoup de gens ont même soutenu que les olympiques jouent mieux que l’équipe a dont le jeu est très décrié…

Vous savez, au Sénégal nous avons plus 14 millions de coachs. Il y a beaucoup de gens qui connaissent le football et chacun veut livrer son point de vue. Nous sommes encore de jeunes joueurs et nous sommes là pour défendre les couleurs de la nation tout en écoutant les conseils des uns et des autres et retenir ce qui est positif pour pouvoir grandir. Pour ceux qui critiquent le jeu de l’équipe nationale, c’est normal car le football rime avec les critiques. Il y a des gens qui adorent le beau jeu, mais faire du beau jeu et perdre le match ne rime à rien car seule la victoire compte dans un match de compétition. Nous sommes là pour gagner les matchs et faire plaisir au peuple sénégalais d’une part, et d’autre nous avons un nouveau staff technique et le beau jeu viendra après. Il faut que le public reste patient et moi je préfère gagner sans faire un beau match que de produire un beau jeu et perdre comme contre l’Algérie (défaite 0-1 en amical à Alger, ndlr).

Vous êtes un pur produit de l’institut Diambars. l’équipe peine en ce début de saison avec une avantdernière place au classement après 6 journées. Inquiétant ? 

Vous savez le football est très complexe. Prenez l’exemple de Chelsea qui était champion la saison dernière en Angleterre et qui, cette saison, est dans la zone rouge du classement (15ème, ndlr). Et son entraîneur Mourinho qui est l’un des meilleurs coachs au monde, une légende du club, est viré. Pour ce qui est de Diambars, il faut retenir que c’est un centre de formation qui prend des jeunes joueurs à l’âge de 13 ans pour les former et en faire des hommes. Et vous savez à Diambars on privilège l’intérêt du joueur au détriment de ceux du centre. Chaque année, Diambars perd beaucoup de joueurs ; ce qui fait qu’aujourd’hui Diambars a une jeune formation composée presque des juniors qui n’ont pas l’expérience de la haute compétition. Mais je suis persuadé qu’ils vont surmonter les difficultés et revenir à leur meilleur niveau car ils ne sont pas à leur place actuellement (13ème, ndlr). tout le monde sait que Diambars est l’une des meilleures équipes du championnat et qu’il reviendra dans la course au titre. Rien n’est encore perdu pour eux.

Vous êtes de Mbour, ce dimanche il y aura le derby mbourois entre Mbour PC et Stade Mbour. Comment appréhendez-vous ce match de la 7ème journée de la ligue 1 ?

Mbour Petite Côte et le Stade de Mbour sont deux équipes de Mbour qui sont en train de faire un excellent début de saison. Concernant le match de ce dimanche, ça sera une rencontre intense, physique et très agréable entre deux équipes soeurs. Seul le football mbourois va gagner dans cette rencontre. Je souhaite que ça se passe dans le fair-play car c’est Mbour dans Mbour et ça va durer juste le temps de 90 minutes sur le terrain.
Que le meilleur gagne dans le fair-play sans incident car, à travers le monde, il y a beaucoup derbys qui se jouent sans incident comme Manchester United / Manchester City et Inter de Milan / Milan AC.

Si vous aviez à prodiguer des conseils aux jeunes joueurs, vos cadets, ça serait quoi ?

C’est de bien travailler à l’école, d’allier football et études car les deux vont de pair mais aussi respecter ses parents, être simple, loyal et avoir de la reconnaissance. Pour réussir dans la vie, il faut beaucoup de sacrifice, travailler dur, avoir une hygiène vie, rester toujours à l’écoute des anciens et donner le maximum de respect à tout le monde.