Partager

Il est sans conteste, de l’avis des observateurs d’ici et d’ailleurs, le footballeur sénégalais qui a l’étoffe d’un futur grand. Son année 2015 l’étaye : Sadio Mané a trôné sur le Sénégal et titillé les grands d’Afrique.

« Mané est un futur Ballon d’Or africain». L’auteur de cette sentence a voix au chapitre. Claude Le Roy, l’entraîneur aux huit participations à la CAN (un record !), est convaincu du talent de Sadio Mané. Le technicien français promet surtout un avenir radieux au n°10 de l’équipe du Sénégal et du club anglais de Southampton.

Pour l’heure, à défaut de ravir le Ballon d’Or africain à l’inamovible yaya touré qui file vers un cinquième sacre consécutif (record absolu !), Sadio Mané est prophète chez lui. L’enfant de Bambali est en effet, une deuxième année d’affilée, le BOS (Ballon d’Or du Sénégal), trophée décerné par la presse sportive. Sadio Mané a  néanmoins titillé les grands du continent avec une place dans le top 10 du Ballon d’Or africain, après le premier écrémage. Le jeune attaquant de 23 ans a également séduit le jury du trophée de meilleur joueur africain de l’année décerné par la chaîne britannique BBC avec une place dans le top 5. Ces états de service du troisième meilleur buteur (3) des Lions de l’année 2015 derrière Moussa Konaté (6) et Mame Biram Diouf (4) laissent augurer des lendemains qui chantent. Et ses nombreux fans espèrent que les fruits seront à la hauteur des fleurs. À l’aube de cette année 2016, Sadio Mané est attendu pour confirmer ses performances de celle qui vient de s’écouler. Qu’il aligne un troisième BOS consécutif (ce qui serait un record !) et qu’il progresse dans la nomenclature du Ballon d’Or africain en intégrant le podium des CAF Awards. Sadio Mané devrait confirmer sa progression, surtout s’il intègre l’une des grosses écuries, Manchester United ou Bayern Munich entre autres, qui veulent l’enrôler. Le cas échéant, le jeune Lion franchira un palier après des débuts en National (D3 France) avec le FC Metz avant de monter d’un cran avec Red Bulls Salzburg d’Autriche et d’évoluer aujourd’hui à  Southampton dans la prestigieuse et très disputée Premier League anglaise. Mais pour espérer bousculer la hiérarchie dans les distinctions individuelles africaines, c’est surtout avec la sélection nationale qu’il devra s’illustrer. Notamment lors des éliminatoires de la CAN 2017 qui reprennent en mars prochain mais aussi en qualifications du Mondial 2018 qui, elles, débutent en octobre prochain. Des joutes qui devraient lui permettre de marquer les esprits. Et des points aux CAF Awards. Pour s’inviter dans la cour des grands d’Afrique.

En attendant de toquer à la porte de celle des grands du monde.