Henri Saivet, le bon « Bordeaux »

Henri Saivet, le bon « Bordeaux »

Partager

Henri Saivet, l’attaquant ou milieu de terrain sénégalais de Bordeaux (élite française), a comme c’est souvent le cas, tiré son épingle du jeu ce mercredi lors de la victoire 3-0 en huitième de finale de la Coupe de la ligue en France contre l’AS Monaco.

Vice-capitaine de l’équipe bordelaise à la peine en championnat, l’international sénégalais âgé de 25 ans est entrain de tracer son sillon sûrement et lentement dans cette équipe.

Parmi les joueurs les plus utilisés par son entraîneur, Willy Sagnol dans un nouveau rôle de milieu récupérateur et/ou relayeur, l’attaquant sénégalais n’en tire pas moins son parti.

Et contre les Monégasques, il n’a pas seulement contribué à la large victoire (3-0), il a été l’auteur du troisième but, celui qui a annihilé les espoirs adverses.

Même s’il ne joue pas en meneur de jeu ou en attaquant excentré, le natif de Dakar, arrive toujours par son activité et par son aisance sur les coups de pied arrêtés, à attirer la lumière.

Et c’est pourquoi, il n’est pas fortuit de penser qu’il ne fera pas de vieux os en ligue 1 française qui a du mal à être compétitive en termes de jeu et de salaires à verser aux joueurs, comparés aux clubs de Premier league.

Concernant l’international sénégalais, on cite régulièrement des clubs anglais qui viennent le superviser et ces dernières semaines, la presse de ce pays avait fait cas de Bournemouth mais aussi d’Everton, l’autre club de la ville de Liverpool.

S’il est régulièrement cité dans les satisfactions côté bordelais, on attend encore en sélection nationale qu’il devienne plus décisif.

A sa décharge et à celle du staff technique national, son recadrage au milieu, de terrain n’est pas de nature à faciliter les choses dans la Tanière qui a besoin de qualités sur les postes d’attaquants excentrés.

A 25 ans et la multiplication des matchs en sélection avec les rencontres éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2017 et de celles de la Coupe du monde 2018, l’enfant de la Sicap sera bien servi.

Et le public qu’attend qu’il se couvre des habits de lumière qui feront de lui, l’un des atouts des Girondins de Bordeaux.