Partager

L’entraîneur de l’Equipe nationale locale du Sénégal, Moustapha Seck, considère le Nigeria comme le favori de la demi-finale de la Can U23 qui l’oppose au pays organisateur, le Sénégal, ce mercredi au stade Léopold Senghor. Mais selon le technicien, les poulains de Serigne Saliou Dia, qui ont fait forte impression lors du premier tour, ont des arguments à faire valoir pour passer l’obstacle nigérian.

Comment appréciez-vous la performance de l’Equipe du Sénégal qualifiée avant terme en demi-finale de la Can U23 avec un carton plein de 3 victoires en autant de sorties ?

C’est une joie immense qui anime tout le Peuple pour deux raisons : primo, le Sénégal est en amont en train de réussir le pari de l’organisation. Secundo : notre équipe est en train de faire un bon parcours et il faudra tous prier pour qu’il ait une constance dans ses performances jusqu’au bout. Cette performance réalisée prouve donc qu’il y a un excellent boulot que le staff et les joueurs sont en train de faire. Les résultats le prouvent. Le tempo est bon et souhaitons qu’il soit maintenu jusqu’à la fin.

Qu’est-ce qui a été déterminant pour valoir au Sénégal cette performance ?

La réponse est simple, c’est le bon travail du staff. Et c’est le moment d’encourager Serigne Saliou Dia et tous ses collaborateurs pour l’excellent boulot qu’ils sont en train de faire. Prions tous pour que cela perdure. Il est important aussi de signaler que la Fédération a joué sa partition car depuis l’avènement du Centre technique Jules François Bocandé, les sélections n’ont plus de problèmes de préparation.

L’engagement des joueurs n’est pas en reste car lors des Jeux Africains à Brazzaville, on avait vu des joueurs décidés, motivés à bloc pour décrocher la 1ère place à la mémoire de leur coéquipier Mamadou Salif Ndiaye. Ils avaient promis ça et ils l’ont fait !

Je pense qu’à les voir jouer, je peux dire sans risque de me tromper que ces joueurs sont toujours animés par ce même état d’esprit.

Comment appréhendez-vous la demi-finale Sénégal-Nigeria ?

Il faut d’abord souligner que les huit nations présentes à cette compétition sont les meilleures du moment, donc se qualifier en demi-finale est un autre palier de franchi. Maintenant quel que soit l’adversaire en face, il faut gagner pour jouer la finale. Ce match est d’une importance capitale car il est synonyme de qualification aux prochains Jeux Olympiques de Rio 2016.

Pour vous, quelle est l’équipe favorite entre le Sénégal et le Nigeria ?

Si l’on tient compte du palmarès, c’est le Nigeria qui est favori car n’oublions pas qu’il a déjà gagné les Jeux Olympiques. Mais la réalité ce sera sur le terrain et nous jouons chez nous donc l’apport du public sera important pour galvaniser nos joueurs et les pousser à se sublimer. En clair, le Sénégal a assez d’arguments pour passer.

Comment le Sénégal devrait s’y prendre pour passer l’obstacle nigérian ?

Notre équipe s’est préparée pour une compétition et non pour un match quelle que soit l’importance de ce match. Le staff a pris le temps de voir les matchs du Nigeria et a pris les informations nécessaires pour mieux aborder ce match.

Quelles sont les forces et faiblesses de l’équipe nigériane ?

Toutes les équipes ont des forces mais également des faiblesses et l’Equipe nigériane ne déroge pas à cette règle. Cependant, une équipe peut montrer un autre visage d’un match à l’autre. Mais le staff est outillé pour décortiquer le jeu des Nigérians, exploiter leurs faiblesses et se préparer à les contrer par rapport à leurs forces.

Qui parmi les joueurs sénégalais, dont certains ont joué dans la sélection locale que vous dirigez, a marqué votre esprit à l’issue du premier tour ?

Je ne saurais citer un joueur du fait que ces performances sont à mettre à l’actif du collectif. Chacun joue sa partition car même lors du 3ème match contre la Zambie ceux qui étaient jusque-là confinés sur le banc ont montré de belles choses avec un bon état d’esprit, de la solidarité, beaucoup d’engagement et de la polyvalence. En somme ce meilleur joueur, je le résume au groupe

Comment jugez-vous le bilan du premier tour de cette Can ?

Dans l’ensemble, nous avons assisté à de bons matchs et les équipes ont montré des phases de jeu intéressantes sur le plan tactique. Avec un seul match nul vierge, cela veut dire que les équipes sont plus poussées à l’offensive et le nombre de buts inscrits (30) sur l’ensemble des 12 matchs en est la parfaite illustration. La compétition va prendre une autre allure car il ne reste que les matchs à résultat immédiat.