CAN DES U23 : L’ENTRAÎNEUR TUNISIEN DÉNONCE UN « MAUVAIS ARBITRAGE »

CAN DES U23 : L’ENTRAÎNEUR TUNISIEN DÉNONCE UN « MAUVAIS ARBITRAGE »

Partager

Maher Kanzari, le sélectionneur de la Tunisie, a estimé mardi, après la défaite de son équipe, contre le Sénégal, 0-2, que ses joueurs ne pouvaient pas gagner ce match à cause du « mauvais arbitrage  » de l’Ivoirien Bienvenu Sinko.

« Je félicite le Sénégal. Mais ce soir, nous ne pouvions pas gagner à cause de l’arbitre, qui n’est pas au niveau du football de son pays, la Côte d’Ivoire, un grand pays de football « , a commenté le technicien tunisien en conférence de presse.

Réagissant encore au match joué au stade Léopold-Sédar-Senghor, Kanzari a estimé que son équipe aurait dû bénéficier d’un penalty, à la 20e minute, à la suite d’un tacle pourtant jugé licite par l’arbitre.

« Avec le penalty et un carton rouge contre le défenseur sénégalais (Modou Diagne), on aurait eu un match différent « , a encore commenté l’entraîneur de la sélection tunisienne des moins de 23 ans.

Le Sénégal menait à ce moment, 1-0, grâce à Ibrahima Diédhiou, qui a ouvert la marque d’un lob astucieux, à la huitième minute.

Interrogé sur ce qui l’a poussé à mettre sur le banc Ilyes Jelassi et Haithem Jouini, qui avaient démarré la rencontre de samedi, gagnée (2-1) contre la Zambie, Maher Kanzari a indiqué que ces deux joueurs étaient entrés en cours de jeu, contre le Sénégal et avaient des pépins physiques.

Jelassi et Jouini avaient fait un bon match contre la Zambie. Ils ont fait une rentrée réussie en deuxième période, contre le Sénégal.

« Ce soir, c’est l’arbitre qui n’a pas été à la hauteur », s’est-il justifié, tout en se gardant de remettre en en question la victoire du Sénégal.

Serigne Saliou Dia a été peu disert sur la qualité de l’arbitrage, tout en estimant qu’il était inacceptable de justifier le succès de son équipe par des fautes de l’arbitre.

Le technicien sénégalais a préféré insister sur la qualité du jeu produit par son équipe, qui a bien sorti le ballon et a bien contenu l’adversaire.