Partager

Le sélectionneur des Lions a exprimé sa fierté à l’endroit de ses joueurs qui ont eu le mérite de marquer 3 buts. Selon ALiou Cissé, le Sénégal ne doit avoir peur d’aucune équipe en Afrique.

On s’attendait à voir une équipe sénégalaise emballer le match d’entrée mais c’est un jeu décousu qu’on a vu comme si les joueurs avaient peur de l’équipe malgache. Ce qu’on a du mal à comprendre malgré la victoire par 3 buts à 0…

C’est votre analyse du match mais le jeu que je fais, c’est pour gagner pas pour se passer le ballon dix millions de fois et ne jamais attaquer le camp adverse. J’espère que l’équipe jouera un jour un football qui pétille. Je suis désolé pour le spectacle. Aujourd’hui, ce qui était important pour nous, c’était de gagner et passer au tour suivant.

On a vu que l’équipe avait du mal à contenir les attaquants malgaches. Quelle est réellement le problème de la défense sénégalaise ?

Comme vous l’avez constaté, on a eu quelques moments de panique dans cette défense. C’est du fait des ballons perdus inutilement dans l’entrejeu où cette défense était en train de monter. Les joueurs le savent, ils doivent continuer à travailler. Pour exister en Afrique, je le dis et je le répète, il faut qu’on soit beaucoup plus costaud en défense. On a perdu quelques duels aériens, ce qui n’est pas habituel pour les garçons que je connais. La fin de match a été meilleure, on a été plus rassurant. C’est une équipe qui doit avoir confiance en elle. Il y a de la qualité. Ce que je leur demande, c’est d’avoir confiance en eux et de jouer. Ils ne doivent pas en manquer parce qu’ils sont dans de grands clubs, jouent les compétitions européennes. Peut-être que c’est l’environnement du football sénégalais et de l’équipe nationale qui les tétanise un peu. On va y travailler.

Vous disiez ne pas être satisfait de votre défense. Aujourd’hui vous ne prenez pas de but. Qu’est-ce qui a été fait pour changer la situation ?

Après les deux buts pris à Antananarivo, je n’étais pas trop satisfait des deux garçons qui étaient dans l’axe (Kara Mbodj et Kalidou Koulibaly). Ils ont montré aujourd’hui qu’ils sont capables de jouer ensemble et de ne pas prendre de buts. Si on veut aller loin avec cette équipe, il faut qu’on arrête  de prendre des buts. Cette équipe prend trop de buts et ne défend pas encore comme moi je le veux. Il nous faut du temps et continuer à travailler. On a pris en 7 matches 7 buts. Pour moi, c’est beaucoup trop. On va en discuter pour voir si c’est un problème de système ou d’hommes.

Quelle appréciation vous faites de vos deux latéraux ?

Pour les couloirs, il faut que je revoie le match. J’ai trouvé Lamine Gassama pas mal. Il monte en régime. C’est un garçon qui a été souvent critiqué. Sur ces deux matches qu’il a livrés à Antananarivo et à Dakar, il a montré qu’il n’est pas un maillon faible comme certains journalistes le pensent. Maintenant, il doit continuer à progresser. C’est un garçon qui a besoin d’un peu plus de confiance. Jouer en équipe nationale, ce n’est pas facile. L’attente est grande et la pression énorme. Ils sont parfois paralysés par ça.

Les grandes nations du football africain comme l’Algérie, le Nigeria, le Cameroun, entre autres, sont passées pour la phase de poules des éliminatoires. Pensez-vous que cette prestation produite contre Madagascar est suffisante pour passer le top 20 africain ?

Ce qui nous intéresse, c’est qu’on passe ce tour-là. On l’a fait. Je suis fier de mes garçons, de l’impact qu’ils ont eu en marquant 3 buts. On est désolé qu’on ne puisse pas jouer comme le Réal Madrid ou le FC Barcelone. Il faut un jour qu’on puisse allier les deux, que ça pétille et en plus de ça, qu’on marque plus de buts et qu’on gagne.

L’équipe va aborder la phase de poules. Comment appréhendez-vous cet autre défi où le Sénégal rencontrera des équipes plus fortes que Madagascar ?

C’est peut-être vous qui avez peur de ces équipes-là. Nous sommes des compétiteurs. Je suis l’entraîneur et j’ai confiance en mon équipe qui a progressé. Aujourd’hui, le Sénégal ne devrait avoir peur d’aucune formation en Afrique. On a de bons joueurs capables de faire la différence comme elles. On travaille comme ces équipes et nos joueurs sont dans de grands championnats. J’ai de vrais Lions avec moi. Dans n’importe quelle poule où on sera, j’aurai des garçons qui vont batailler et qui auront à cœur de se qualifier en Coupe du monde.’’