Partager
Rachmane BARRY / Kodjo AFANOU - OM / Bordeaux - 30.07.2005 - 1 Journee de Ligue 1 - Velodrome

Espoir de l’OM il y a 10 ans, Rahmane Barry a poursuivi sa carrière en Ligue 2 avant d’abandonner en raison des blessures. L’attaquant, ex-international sénégalais, joue désormais en DH et entretient sa famille en travaillant à Mr. Bricolage.

Il a découvert la Ligue 1 aux côtés de Didier Drogba et Fabien Barthez, fin 2003, et a même été associé aux internationaux français Franck Ribéry, Peguy Luyindula et Samir Nasri au coup d’envoi de la première journée de Ligue 1 2005/2006, lors d’une défaite contre Bordeaux (0-2) au Vélodrome. Rahmane Barry n’a jamais connu la carrière que les responsables du centre de formation des Phocéens lui avaient imaginée. Dix ans plus tard, il joue en DH, le plus haut niveau régional, tout en étant employé dans un Mr. Bricolage à côté de Lorient.

C’est justement dans le Morbihan que le Sénégalais a connu les plus belles heures de sa carrière. Prêté chez les Merlus, il a inscrit le but de la montée en Ligue 1, en mai 2006, avant de connaître sa seule « vraie » saison dans l’élite (13 matches, aucun but). Barry y a gagné la femme de sa vie, avec qui il a eu deux enfants, mais a aussi tout perdu en tant que footballeur. A Sedan et Gueugnon en Ligue 2, de 2007 à 2009, puis à Beauvais en National, en 2010, il sombre physiquement. Une anomalie génétique découverte plus tard était en fait responsable de ses blessures à répétition…

Quatre ans après un essai non concluant au Bangkok United (en D2 thaïlandaise), le père de famille de 29 ans est donc devenu vendeur pour la chaîne de grande distribution dans l’établissement de Belz. Son bonheur quotidien est entrecoupé par les entraînements et les rencontres de l’US Montagnarde. « Ce qui je vis aujourd’hui, ça me va, j’ai envie de continuer encore deux ou trois ans comme ça. Je peux gérer à ce niveau. Maintenant, j’arrive à relativiser. Mais pendant un moment, j’ai été rongé par le fait de ne pas pouvoir enchaîner les matchs…« , a lancé Barry au Télégramme, avant la défaite samedi dernier en Coupe de France contre Brest (0-3), actuel 9e d’une Ligue 2 qu’il connaissait autrefois parfaitement.