Partager
diamé

Il revient de loin. Eloigné des terrains pendant presque toute la saison dernière, par une blessure à un genou, Mouhamed Diamé retrouve goût au jeu. Et à l’ambiance de la «Tanière». L’ancien capitaine de la sélection entame les éliminatoires de la Coupe du monde 2018 avec deux objectifs : aller en Russie dans 3 ans et marquer son premier but avec les «Lions».

Diamé, comment appréhendez-vous votre voyage à Madagascar ?

On n’a pas le choix. On ira là-bas pour jouer une qualification à la Coupe du monde. Tout le monde a envie d’en jouer une et même si c’était un voyage de 24 heures, on le ferait.

Avez-vous une idée de l’adversaire ?

On laissera le staff nous parler un peu plus de cette équipe de Madagascar, pour savoir comment elle évolue et comment se comportent ses joueurs, pour ne pas se faire surprendre. Ils feront leur travail et nous, le nôtre. Nous allons travailler toute la semaine pour que tout se passe bien et qu’on fasse un bon match à Madagascar, avant de jouer à Dakar (le 17 novembre).

Peut-on s’attendre à voir un grand Mouhamed Diamé dans la «Tanière» ?

Je travaille pour ça. J’ai eu des moments difficiles, avec cette blessure qui m’a longtemps éloigné des terrains. Aujourd’hui, j’essaie de revenir encore plus fort. J’ai encore gagné mentalement et je suis déterminé à faire mon travail du mieux possible. Pour l’instant, toutes les choses sont positives et j’espère que ça va continuer.

Vous attendez-vous à être titulaire à Madagascar ?

Je travaille et m’entraîne toujours pour être titulaire. Après, le coach fera ses choix et même si je dois aider l’équipe pendant 5 minutes, je le ferai ; et si c’est pour 90 minutes aussi, c’est pareil.

Avez-vous douté pendant ces moments difficiles ?

On doute toujours quand il y a des blessures, mais quand on a des objectifs et qu’on fait un métier formidable depuis des années, on a envie de revenir. Et aujourd’hui, je suis déterminé à atteindre ces objectifs que je m’étais fixés avant même d’être blessé. Dieu m’a donné la chance de revenir sur le terrain et je vais essayer de faire le maximum pour les atteindre.

Vous réalisez un bon début de saison, avec 3 buts marqués sous les couleurs de Hull City…

Je suis dans une période positive et je vais essayer de me servir de ça pour pouvoir aller encore plus haut et marquer. J’aimerais bien marquer ce premier but en sélection et faire plaisir à ma famille, au peuple et à moi aussi. Parce que, personnellement, ça me fera beaucoup de bien. Et ça va arriver.

Avec la relégation de Hull la saison dernière, votre blessure et la longue absence en Equipe nationale, comment avez-vous vécu cette traversée du désert ?

Cela a été une saison difficile à tous les niveaux : blessé, être à l’infirmerie, voir mes coéquipiers s’entraîner tous les jours, aller voir les matches… Ce n’était pas facile, mais tout ça est derrière moi. Je travaille pour être meilleur qu’avant la blessure. Ça se passe bien, pour l’instant et je vais continuer comme ça.

Vous revenez dans une équipe où il y a une forte concurrence au milieu. Comment comptez-vous faire pour retrouver votre place ?

Il n’y a jamais eu de problème pour la concurrence dans la «Tanière». En sélection ou en club, la concurrence est ce qui fait que l’équipe est meilleure et qu’on soit une grande équipe. Il faut l’accepter, jouer et essayer de gagner sa place.