Partager

L’heure est à la remobilisation. C’est en tout cas l’appel lancé par le sélectionneur du Sénégal Moustapha Seck qui prépare la manche retour face au Guinée dans le cadre de la CHAN 2016 au Rwanda. Les «Lions» doivent combler un gap de deux buts après le match allé pour espérer décrocher un ticket qualificatif. Et selon l’entraineur face à cette situation, la seule alternative qui s’offre à eux, c’est de jouer et gagner.

«Vous savez si la qualification se jouait sur une seule rencontre, on aurait eu à craindre parce qu’on serait déjà éliminé après la défaite concédée samedi à Bamako face à la Guinée. Mais nous jouons en deux manches. Il faut retenir que le football ne peut jamais être de la loterie autour de laquelle on jette le dé pour attendre le résultat. Face à cette situation, la seule alternative qui s’offre à nous, c’est de jouer et gagner. Pour cela, on va imposer notre propre jeu. On mettra l’accent sur la communication parce qu’en aucun moment, la pression ne devra prendre le dessus. On fera tout pour que les joueurs ne la subissent pas», indique-t-il.

Avant d’appeler à la remobilisation derrière l’équipe nationale : «pour l’heure, on ne se réjouit pas totalement de notre bila à la tête de cette équipe locale. Mais, il faut analyser les différentes rencontres que nous avons jouées. Depuis que je suis là, on a joué trois matches officiels et on en a perdu un. On a eu des matchs amicaux aussi. Alors même s’ils ne le disent pas ouvertement, je sais que beaucoup de sénégalais ont perdu espoir avec la défaite enregistrée contre la Guinée le weekend dernier. C’est le moment de se remobiliser derrière cette équipe pour encourager les jeunes parce qu’ils en ont besoin.Le match de samedi est important et nous ne négligerons aucun détail. Tous les aspects seront tenus en compte parce que, dans ma tête, je me dis qu’on doit se qualifier samedi. La Guinée nous a mis deux buts et nous devons marquer plus que ça», fait il savoir.

Pour Moustapha Seck dans sa tête, il n’y a aucune hypothèse d’élimination car l’échec ne fait pas partie de son discours. Et il croit savoir que les joueurs ont suffisamment compris cela.