Partager

Younousse Sankharé, le milieu de terrain relayeur de Guingamp (élite française) à l’image de Diomansy Kamara qui évoluait à l’époque à Modène (Italie) en 2002, a préféré faire les premiers pas vers l’équipe nationale au lieu d’attendre un appel des sélectionneurs.

Comme l’ancien attaquant des Lions, natif de Gennevilliers (Paris) qui a démarré sa carrière internationale par une rencontre amicale contre le Maroc (0-1) en 2002, Sankharé, né à Sarcelles en banlieue parisienne, devrait porter pour la première fois le maillot frappé de la tête de lion, à l’occasion d’un match de préparation contre l’Algérie.


Si on attend toujours sa réaction officielle après cette première sélection, le Guingampais, qui a démarré sa carrière de joueur au Paris-Saint-Germain (élite française), évolue au milieu de terrain dans un secteur de jeu très concurrentiel chez les Lions.


Toutefois, avec ses qualités techniques, il peut devenir cette plus-value technique que cherche le sélectionneur national Aliou Cissé dans son cœur de jeu et qui sera capable d’être ce liant qui manque encore entre la défense et l’attaque des Lions, selon des observateurs.


A 26 ans, le gaucher qui a déjà marqué deux buts pour son équipe en ligue 1 française et qui est un pion essentiel dans le dispositif de Jocelyn Gourvennec, un coach qui parie sur la maîtrise du jeu, a toutefois des atouts dans sa manche en dépit de la forte concurrence.


A la quête de technicien au cœur de son jeu, le sélectionneur national Aliou Cissé a convoqué le Guingampais en même temps qu’il a signé le retour de Mohamed Diamé.


Au même moment, Pape Alioune Ndiaye (Osmanlispor, Turquie) qui avait rendu une copie acceptable contre les Bafana-Bafana d’Afrique du Sud, en septembre dernier, doit renoncer à cette rencontre amicale pour une blessure.


Sans aller jusqu’à dire que l’ancien capitaine des Lions va procéder à une nouvelle redistribution des cartes au milieu de terrain, on peut croire qu’avec ces deux convocations, il veut se donner de la marge et disposer d’autres choix.


Concernant Sankharé qui veut donner une dimension internationale à sa carrière, après avoir joué avec les Espoirs français et avoir décliné l’invitation des Mourabitounes de la Mauritanie, il n’a pas choisi la facilité avec le Sénégal.


Au moment où en France des binationaux commencent à s’impatienter et à regarder vers d’autres horizons à l’image de l’ancien Marseillais Giannelli Imbula qui aurait demandé des papiers belges pour évoluer avec les Diables Rouges, Sankharé peut se dire que le moment est venu pour changer de cap.


Younousse Sankharé qui évolue déjà en ligue 1 française, un championnat parmi les cinq meilleurs du monde, et formé au PSG, aspire à mieux.


Et cela peut passer par un club plus huppé ou des compétitions internationales avec cette génération du Sénégal qui a envie de retourner en Coupe du monde.


Avec les éliminatoires de la CAN 2017 et celles à venir de la Coupe du monde 2018, le Guingampais pourrait avoir l’occasion de se montrer pour viser plus haut que le quotidien d’un club dont l’ambition demeure le maintien dans l’élite française.


Et si Guingamp est arrivé à jouer l’Europe grâce à ses victoires en Coupe de France ou en Coupe de la Ligue, on sait que des joueurs estampillés Espoir comme Sankharé veulent voir leurs horizons dépasser ce cadre.


A ce niveau, la Tanière peut lui permettre de se mesurer dès ce mardi 13 octobre au stade du 5 Juillet contre des joueurs de très haut niveau comme Yacine Brahimi de Porto, Sofiane Feghouli (Valence) et Riyad Mahrez (Leicester), l’un des meilleurs buteurs de Premier League, la ligue que la plupart des footballeurs veulent rejoindre.