Partager

La Linguère de Saint-Louis se remémore encore les moments de gloire, les performances de cette saison faste de 2009, que le club peine toujours à faire revivre aux inconditionnels du ballon rond. Pour Amara Traoré, si le club Saint-Louisien ne parvient toujours pas à reprendre son envol, c’est parce que l’organisation fait défaut.

A la Linguère, «on ne sait pas qui doit faire quoi. Les rôles ne sont pas clairement définis au sein du club». Ce cri du cœur est de l’ancien entraîneur du club de Saint-Louis, qui faisait face à la presse, hier, dans la capitale du Nord. Amara Traoré estime que le club doit aller vers l’essentiel et mettre fin à la politique du «football-loisir». Pour cela, il doit disposer de finances solides. Et Saint-Louis compte de nombreuses personnes ressources qui sont dispersées mais, qui pourraient contribuer à l’essor du club. «La compétition coûte cher. On ne peut pas être dans un sinistre financier et vouloir gagner des compétitions», a-t-il poursuivi, précisant que la Linguère doit, promptement, organiser son Assemblée générale et choisir un nouveau président, puisque Babacar Sy a décidé de lâcher les rênes de l’équipe. «Le club ne peut pas prévoir une Assemblée générale en novembre, alors que la saison va démarrer à la mi-octobre. Il faut tenir l’Ag dans les plus brefs délais et surtout arrêter les compromissions», a plaidé l’ancien international sénégalais. La Linguère a besoin de fraîcheur, d’un nouveau staff technique et d’un entraîneur qui sera entièrement responsabilisé dans sa mission. «Il faut revoir le staff technique et arrêter les tâtonnements et les installations clandestines qui ne feront que raviver les crises de l’année dernière. Si j’étais Pelé, j’aurais refusé que l’on m’installe sans aucune base», a-t-il ajouté.