PARTAGER
Matar ba

Le ministre des Sports, Matar Bâ, a réagi hier sur le projet immobilier situé sur le parking du stade Léopold Sédar Senghor. Face à la presse lors de la remise du drapeau à l’Equipe nationale féminine de basket qui doit prendre part à l’Afrobasket à Yaoundé, le ministre a rassuré le mouvement associatif. «Le président de la République, Macky Sall, a donné des instructions fermes quant à l’arrêt des travaux.

J’avais également interpellé le ministre du Budget pour l’arrêt des travaux. Aucun sportif ne pourra admettre que le stade Léopold Sédar Senghor ne soit aliéné», dira le ministre. Avant de promettre la fin des travaux : «Le projet ne sera pas. Nous allons nous opposer avec toute l’énergie nécessaire en collaboration avec les autres ministres qui ont leur mot à dire.» Matar Ba de souligner qu’«il est impensable que le stade Léopold Sédar Senghor ne puisse recevoir des compétitions internationales à cause de l’occupation de son parking par un promoteur immobilier. C’est inadmissible». Saluant la mobilisation des acteurs de mouvements associatifs comme le 12e gaïndé ou encore les moniteurs d’auto-école établis sur les lieux, le ministre des Sports n’écarte pas l’idée de «faire le déplacement sur les lieux afin de mettre un terme au projet».

Le projet immobilier du parking du stade Senghor concerne un terrain composé de 54 parcelles convoité par des promoteurs immobiliers. Ces derniers n’ont pas hésité à débourser près de 40 millions Cfa pour faire déguerpir les mécaniciens qui occupaient les lieux. Au contraire des moniteurs d’auto-école qui ont promis de se battre pour conserver leur lieu d’examen pour le permis de conduire.

Reprise hier de la construction du mur de clôture du site

L’entrepreneur défie l’Etat 

Décidément, le promoteur immobilier et son entrepreneur ne comptent pas baisser la garde concernant le site du parking du stade Léopold Senghor. Malgré la décision de l’Etat les sommant d’arrêter toute activité liée au morcellement en logements de ce site, ces derniers continuent de défier l’autorité. Hier dimanche, dans la matinée, les maçons sont revenus pour poursuivre la construction du mur de clôture. Sommés par les gendarmes de vider les lieux la semaine dernière, ils étaient cette fois-ci flanqués de nervis. Trouvé sur les lieux à notre passage hier, Mor Diagne, le moniteur d’auto-école, qui se présente comme la sentinelle du site, analyse la situation avec un brin d’humour. «Ils font du forcing, mais j’ai l’impression qu’ils travaillent pour nous si on sait qu’on veut clôturer le site pour le sécuriser, comme l’a proposé le président de la Fédération sénégalaise de football», souligne-t-il. Avant d’alerter : «Mais on ne peut pas accepter qu’ils continuent à défier l’Etat. Il faut arrêter ces gens-là», peste Mor Diagne.