PARTAGER

Alors qu’il avait ébloui le monde footballistique lors du Mondial de 2002 (Quart de finaliste, 7e meilleir joueur du tournoi), El Hadji Diouf allait découvrir la Premier League en signant à Liverpool contre la somme de 15 millions d’Euro, en provenance du RC Lens. Dans son livre dénommé « My Story », dans lequel il fait son autobiographie, la légende du club londonien, Steven Gerrard a classé le double ballon d’Or Africain parmi les pires recrues de Liverpool.

Cet été-là, Gérard Houllier, alors en charge, décide d’investir sur le marché français. Débarquent donc à Liverpool Le Tallec, Sinama-Pongolle, Diao, Cheyrou et El-Hadji Diouf. Ce dernier est considéré par Gerrard comme la pire recrute des Reds. « Gérard Houllier, un très bon manager et habituellement un homme sage qui sait juger les gens, a recruté Diouf à l’été 2002. Il l’a acheté 15 M€ à Lens, uniquement sur la recommandation de son ancien assistant Patrice Bergues qui l’avait entraîné à Lens. J’ai compris pourquoi Gérard s’était précipité pour sa signature, mais il ne connaissait pas Diouf en tant que personne. Il était censé être l’une des trois recrues qui devaient permettre à Liverpool de redevenir champion d’Angleterre. Nous avions fini 2e derrière Manchester United la saison précédente, et le recrutement du trio Diouf, Salif Diao (en provenance de Sedan, ndlr) et Bruno Cheyrou (en provenance de Lille, ndlr) était supposé nous amener jusqu’au titre. C’était probablement le plus gros gâchis de 18 M£ (soit 28 M€ selon le taux de change de l’époque, ndlr) dans l’histoire de Liverpool. Nous avons terminé la saison à la 5e place et Diouf a scellé sa place en tête de liste des recrues de Liverpool que j’ai le moins aimé. »