Partager

De passage à la Jonelière (centre d’entraînement de Nantes) pour dire au revoir aux gens qu’il a côtoyés pendant six saisons, Papy Djilobodji a accepté de donner une dernière interview au site du club avant de rejoindre la Premier League et son nouveau club de Chelsea. Transféré à la surprise générale chez le champion en titre d’Angleterre, le défenseur international sénégalais de 26 ans veut «montrer aux gens» qu’il «mérite (sa) place» aux côtés de Terry, Cahill et Zuma.

Quel chemin parcouru !

C’est une part de mon rêve qui se réalise. Le chemin a été très long, mais je ne suis pas arrivé pour autant. Il faut continuer à bosser, respecter tout le monde et montrer ce que je sais faire.

Fier de ton passage à Nantes ?

Oui, je suis très fier de ce que j’ai fait à Nantes, et très content. Je n’aurais pas pu faire mieux. J’ai donné le meilleur de moi-même. Même blessé, je voulais jouer.

«Le Président Kita a été comme mon père»

Quelle image garderas-tu de Nantes ?

Je garderai de bonnes images, forcément. Le Président, son fils Franck, les gens qui travaillent dans les bureaux, les coaches, les jeunes au centre de formation… Je ne peux pas tous les nommer, mais ils ont toujours été là. Le Président Kita a été comme mon père et Franck comme mon frère. Je tiens à les remercier pour ce qu’ils ont fait pour moi. Ils m’ont beaucoup aidé pour mon transfert. On restera en contact. Nantes restera toujours dans mon cœur. J’en serai le premier supporter. J’espère que vous ferez une belle saison et que vous atteindrez vos objectifs.

«Je voulais aussi m’excuser…»

Un mot pour les supporters Canaris ?

C’est un monde à part. Ils sont vraiment remarquables. Je les remercie et qu’ils continuent à pousser le club, même quand c’est dur. Même quand je regarderai les matchs de Nantes, je regarderai aussi les supporters ! Je voulais aussi m’excuser auprès du supporter avec qui j’avais eu des problèmes à Lens… C’était il y a très longtemps, mais je veux encore m’excuser.

La Premier League, c’est un nouvel univers qui s’ouvre à toi…

Exactement. C’est à moi de bien bosser et montrer aux gens que je mérite ma place.