Partager

En rappelant Issa Cissokho qui avait été longtemps mis à l’écart, le sélectionneur du Sénégal, Aliou Cissé, veut avoir un arrière-droit de métier pour le match en Namibie (2e journée éliminatoires CAN 2017).

Issa Cissokho doit être très heureux en ce moment. Longtemps écarté de la sélection, le nouveau défenseur du Gênoa (Série A, Italie) a été appelé par l’entraîneur des Lions du Sénégal pour le match en Namibie de début septembre (2e journée éliminatoires CAN 2017).

Cette convocation sonne donc comme une volonté d’Aliou Cissé de restaurer la droite forte dans la Tanière. Car l’ancien arrière-droit du FC Nantes (Ligue 1, France) est considéré par de nombreux observateurs comme le meilleur au poste en sélection. Les joueurs utilisés par Alain Giresse et Cissé n’ont pas vraiment convaincu. Même son vrai concurrent Lamine Gassama, qui un vrai latéral, n’a pas donné entière satisfaction. Stéphane Badji (milieu de terrain de métier) et Zargo Touré (défenseur central de métier), appelés au secours, ont vite montré leurs limites.

L’origine d’une longue absence

Les vraies raisons de la mise à l’écart d’Issa Cissokho sont quasiment floues. Personne ne comprenait l’absence de ce joueur aux qualités reconnues. Lui non plus. ‘’La plupart des joueurs sont souvent étonnés des décisions du coach. Il a des choix très discutables. Je crains que ça ne dégénère un jour ou l’autre (dans la Tanière), exprimait-il. A son arrivée à la tête de l’équipe, il m’a appelé pour me dire qu’il cherchait un arrière droit. Au début, j’étais là avec Lamine Gassama, mais depuis quelque temps, ce dernier ne vient plus. Du coup, je suis le seul latéral droit de métier. Je ne vais jamais accepter qu’on me piétine.’’ Le grand frère d’Aly a galéré avec Giresse. Après cette déclaration, le technicien français a décidé d’aller à la CAN 2015 sans l’ancien coéquipier de Djilobodji au FC Nantes. ‘’Lors d’un match en Tunisie, je pensais que j’allais démarrer car j’étais le seul spécialiste du poste de latéral droit. Il a décidé de mettre un défenseur central à ma place, ça m’a frustré. J’étais mécontent de ne pas jouer et ça s’est vu. Visiblement, je n’aurais pas dû être déçu de ça. S’il ne me convoque pas, c’est principalement à cause de ça’’, expliquait-il avant de poursuivre : ‘’J’ai participé aux quatre premiers matchs éliminatoires avant d’être écarté de l’équipe. Le sélectionneur me reproche des propos que j’aurais tenus dans la presse africaine. Sauf que ce sont des déclarations que je n’ai jamais faites. Je l’ai appelé pour lui expliquer, mais à l’évidence, cela ne lui a pas fait changer d’avis.’’

Cissokho : ‘%8