Partager

Après la défaite surprise d’Anderlecht sur le terrain d’Ostende (3-1), Kara Mbodj n’a pas été épargné par les critiques. Certains médias belges reprochent au défenseur sénégalais les erreurs concédées sur les buts encaissés. Ce dont l’ancien joueur de Genk se défend, tout en promettant de retrouver bientôt son meilleur niveau.
Pour sa première sous le maillot d’Anderlecht, Kara mbodj est loin d’avoir convaincu. Titularisé en défense centrale, l’international sénégalais n’a pu empêcher son équipe de prendre l’eau face à ostende (3-1). Fautif sur le penalty du 3ème but encaissé par les mauves, Kara n’a pas été épargné par la presse belge. «Mauvais à la relance, trop sûr de lui, trop lent, fautif sur plusieurs actions et sur le penalty. La première de Kara sous le maillot mauve est loin d’avoir été une réussite», peut-on lire dans La Dernière Heure. une opinion qui contraste avec celle de Besnik Hasi, le coach d’Anderlecht, même s’il reconnaît les erreurs commises par le successeur de Chancel mbemba, parti à newcastle. «Kara a commis une erreur qui a permis à Cyriac de filer seul au but. Pour le reste, il a pris des initiatives et ne balance pas de longs ballons. J’apprécie cela. Il possède de la personnalité et prend des responsabilités. Il doit encore s’adapter à nous, mais je suis convaincu que cela ira», confie-t-il au sortir de la défaite de son équipe. malgré sa première sortie ratée, Kara espère rebondir le plus rapidement possible et réaliser une excellente saison. «Je suis sûr de mes qualités. Je ne doute jamais de moi. Je sais que je ferai une bonne saison, meilleure que celle que j’ai réalisée avec Genk. Je ne suis là que depuis une semaine ; les consignes et les équipiers ne sont pas les mêmes qu’à Genk. Je peux faire encore beaucoup mieux, vous verrez », indique l’ancien pensionnaire du centre de formation de diambars. incriminé sur ses mauvaises relances, le Lion nie avoir été habité par la pression. «Je ne connais pas la pression et j’ose toujours. J’ai balancé de longs ballons, mais si les médians bougeaient davantage pour demander le ballon, je ne serais pas forcé d’allonger. Si les gars sont disponibles, je joue court à tous les coups», s’est-il dédouané. Sur le penalty concédé en fin de match, Kara rejette aussi toute responsabilité. «Le ballon en retrait est court et je tente de protéger mon gardien. L’arbitre siffle penalty. Est-ce juste ou non ? Je préfère ne pas contester. J’entends les gens parler de l’héritage de Chancel Mbemba, mais je ne pense pas une seconde à cela. Je ne me concentre que sur moi», a-t-il conclu.

Pas rassurant avant Namibie / Sénégal

pilier de la défense des Lions, quart-finalistes des Jo 2012 de Londres, Kara mbodj avait donné entière satisfaction sous l’ère Giresse. Lors de la catastrophique Can 2015 disputée en Guinée équatoriale, il était l’un des rares joueurs à effectuer une compétition honorable. Il a continué sa marche en avant avec l’arrivée d’Aliou Cissé. L’ancien joueur de Genk était titulaire lors de la victoire face au Burundi (3-1), en match comptant pour la première journée des éliminatoires de la CAn 2017. Sa place dans la liste des joueurs devant défier la namibie est quasiment acquise. Sa méforme du moment peut, cependant, inquiéter Aliou Cissé. Ce dernier, qui va bientôt délivrer les noms des joueurs choisis face à la namibie (20 août), devra aussi se passer de papy djilobodji, en bisbille avec nantes et en manque de temps de jeu. en espérant que le roc Kara mbodj retrouve la pleine mesure de ses capacités, Aliou Cissé ne manque pas d’alternatives pour mieux bétonner sa défense et devrait explorer les pistes menant à Abdoulaye Bâ (Fenerbahçe), Bayal Sall (Saint-étienne) ou encore pape Guèye (dnipro).