Partager

Titulaire indiscutable à l’As Pikine et en sélection nationale locale, Pape Amadou Touré est l’un des meilleurs à son poste au Sénégal. Mais comme tous les joueurs du Championnat, l’arrière-gauche de 23 ans, champion du Sénégal à deux reprises avec Jaraaf (2010) et l’As Pikine (2014) où il est en fin de contrat, souhaite quitter le Sénégal avant la double confrontation face à la Guinée (17 et 31 octobre 2015) comptant pour le dernier tour préliminaire qualificatif au CHAN 2016.

EQUIPE NATIONALE LOCALE 

«Mon souhait est de partir avant ce match contre la Guinée et espérer que les autres joueurs qui disputeront cette double confrontation continuent le travail et qualifient le Sénégal au CHAN 2016. C’est sûr qu’il y aura beaucoup de changements, parce qu’on souhaite tous que ceux qui sont partis pour faire des tests signent des contrats avec ces clubs. Nous avons envie de jouer le CHAN, mais la vie d’un footballeur au Sénégal est très dure et nous voulons tous partir avant ce match contre la Guinée et parapher des contrats à l’étranger. C’est tellement difficile au Sénégal qu’on est prêts à saisir toute opportunité qui se présente à nous. Même s’il y avait Manchester United et qu’une équipe de Ligue 2 portugaise se signale, on saisirait cette occasion pour aller au Portugal. Parce que c’est plus sûr d’avoir un contrat en Ligue portugaise que d’aller faire des tests à Manchester où l’on n’est pas certain de signer. A force de perdurer ici, on finit par s’impatienter.»

INTERETS DE PLUSIEURS CLUBS AU SENEGAL

«Je suis arrivé au terme de mon contrat avec l’As Pikine et le président Modou Fall qui m’avait emmené au club est aussi à la fin de son mandat. Je continue de recevoir plusieurs appels de clubs de Ligue 1, mais je n’ai pas encore décidé de l’équipe où je jouerai la saison prochaine. Parmi ceux-ci, il y a Diambars, Guédiawaye Fc, Jaraaf, As Douanes, Mbour Petite-Côte, Stade de Mbour, Niary-Tally… Ils sont très nombreux. Mais si je devais choisir parmi ces équipes, ce serait entre Diambars, Jaraaf et NGB (Niary-Tally). Ce sont les trois équipes qui ont les moyens que demandent le Championnat et les meilleurs joueurs. Mais pour l’instant, je n’ai discuté qu’avec le Jaraaf. J’ai parlé avec le président (Cheikh Seck,Ndlr) qui m’a fait part de ses ambitions et je pense que c’est un club qui pourrait me correspondre. Avec mon père et Cheikh Seck, nous avons eu une discussion très avancée. Mais franchement, je pense n’avoir plus rien à prouver au Sénégal. Mon ambition est de décrocher un contrat professionnel à l’étranger.»

TRANSFERT RATE AU FC ZURICH 

«L’année dernière, j’avais fait des tests en Suisse (Fc Zurich) et ils étaient concluants. Nous avions discuté sur le prix et étions tombés d’accord sur les modalités. Mais pendant que j’étais revenu au Sénégal et me préparais pour repartir, mon agent qui était là-bas a voulu faire monter les enchères et le club a abandonné les négociations. Mais cela ne m’a pas perturbé parce que j’avais déjà l’habitude des voyages. J’ai été au Portugal et en Norvège (2013-2014) pour signer, mais cela ne s’était pas fait.»

«Il a manqué de solidarité derrière Modou Fall à l’As Pikine»

LA RELEGATION DE L’AS PIKINE

«Cela nous a tous surpris. Après la belle saison que nous avions réalisée et les moyens mis par le président cette année avec notre effectif de qualité, on ne s’attendait vraiment pas à vivre ce calvaire. On n’y pensait pas, mais c’est à partir des cinq derniers matches que le doute a commencé à s’installer. On faisait de bons matches lors des rencontres importantes, mais on prenait des buts incompréhensibles. Je ne dirai pas que c’est à cause du stade (à cause de l’état de délabrement du stade Alassane Djigo, Pikine recevait à Amadou Barry avant de déménager à Demba Diop lors des derniers matches, Ndlr), parce que, dans le football d’aujourd’hui, une équipe doit pouvoir faire des résultats à domicile comme à l’extérieur. Le président (Modou Fall, Ndlr) a recruté les joueurs qu’il fallait et fait tout ce qui était de son ressort, mais le problème est qu’il y a des dirigeants qui n’ont pas voulu mettre la main à la pâte. Ils n’acceptaient pas de se mettre derrière lui pour travailler ensemble. Il a manqué cette solidarité derrière le président et c’est le principal problème. Il a été esseulé et cela s’est répercuté sur les résultats de l’équipe.»