Partager

Lors d’une interview accordée au Canal Football Club, Souleymane Diawara a évoqué les moments difficiles qu’il a vécu en prison et son avenir.

Souleymane Diawara, l’ancien défenseur de l’OGC Nice, a été placé en détention provisoire d’avril à juin dans une affaire d’extorsion de fonds. Il s’est exprimé ce dimanche au micro du Canal Football club sur cet épisode cauchemardesque qui l’a marqué.

Diawara aurait été victime d’une escroquerie et aurait tenté de se faire justice lui-même. Sauf que le principal intéressé dément. Il a simplement voulu récupérer son argent (la Porsche Cayenne qui avait été déclaré volé, avait été acheté par le joueur 50.000 euros).

« J’ai acheté une voiture à quelqu’un, après quelques jours, je m’aperçois que c’est une voiture volée,explique-t-il sur Canal +. Je l’appelle et je lui dis que cette voiture n’est pas aux normes pour que je puisse la conduire, il me répond que je peux, qu’il n’y a pas de souci et je lui fais confiance. (…) Au bout de quelques mois, la voiture elle revient pas. Je décide d’aller voir cette personne avec mon frère. Ils ont été là-bas, je l’ai eu au téléphone après. Il me dit t’inquiète pas qu’elle va arriver. (…) On m’accuse d’avoir voulu me faire justice, d’avoir été violent. Je ne lui ai pas demandé d’argent, je lui ai juste demandé mon argent ».

Le footballeur, habitué au luxe, se retrouve donc aux Baumettes, le centre pénitentiaire de Marseille. Un moment qu’il a particulièrement mal vécu.

« C’est vraiment difficile la prison. C’est la pire des choses qui puisse m’arriver, je ne le souhaite même pas à mon pire ennemi. »

Vraiment très dur la prison

En tant qu’ancien joueur de l’Olympique de Marseille (il y a joué de 2009 à 2014 avant d’être transféré à l’OGC Nice), Souleymane Diawara a été bien accueilli par les autres détenus.

« J’ai eu la chance d’être très bien accueilli car il y a beaucoup de supporters là-bas. Comme j’ai défendu les couleurs de Marseille pendant cinq ans, ça m’a ‘facilité’ les choses mais c’était vraiment très dur la prison. »

Le défenseur explique qu’il a été tout de suite placé en « isolement » et qu’il n’a eu « aucun contact avec d’autres détenus » durant son séjour en prison. » Je n’avais pas le droit. Aucun contact pendant 11 semaines. »

« On a une salle de sport individuelle, qui fait 7m2 je crois avec deux machines, donc on fait avec les moyens du bord. On essaie de s’entretenir. Je suivais le football et le sport. On regardait Canal +, le Canal Football club. »

« Je veux juste jouer, retrouver du plaisir »

Souleymane Diawara veut désormais retrouver le chemin des terrains et espère trouver un club qui voudra bien l’accueillir.

« Cette histoire m’a sali, elle a taché mon image. Ces personnes qui m’ont mis en prison ont oublié que j’avais une famille, un métier, que je paie mes impôts. J’espère que ça freinera pas les clubs. »

« Je veux juste jouer, retrouver du plaisir. Je m’entretiens avec un préparateur physique. Si un club a besoin de mes services, il sait comment me joindre alors en attendant, on se prépare. »