Partager
Papy-Mison-Djilobodji

Les dirigeants du Celta Vigo ont encore transmis une nouvelle offre de 2,8 millions d’euros (1, 8 milliard FCFA) aux dirigeants nantais pour conclure le transfert de Papy Djilobodji, mais ces derniers ont rejeté l’offre qu’ils ont jugée insuffisante.

Nouveau rebondissement dans le dossier de l’international sénégalais, Papy djilobodji. les dirigeants nantais ont encore rejeté une offre de leurs homologues espagnols de Celta vigo qui sont passés de 2 millions à 2,8 millions d’euros pour enrôler leur défenseur central. Joint, mathieu Julien, un journaliste spécialisé à la radio france bleue nantes, évoque les raisons qui ont poussé les Canaris à rester sur leur position. «Sur le plan purement sportif, le choix du joueur est compréhensible dans cette affaire. Le CeltaVigo est un club qui évolue dans la Liga espagnole qui n’a rien à voir avec la Ligue 1 en termes de visibilité. Mais, il faut tenir compte des intérêts de son club d’origine. Le FC Nantes a mis beaucoup de sous sur Djilobodji pendant tout le temps qu’il était au club. Donc, pour le président Waldemar Kita, il n’est pas question qu’il parte comme ça, sans pour autant que le club y gagne. D’ailleurs, il semble qu’en fin de semainedernière, Newcastle, un club de la Premier League, s’était informé. Je ne saurais vous dire exactement si les négociations avancent ou si le contact est officiel, parce qu’en de pareilles circonstances, il y a beaucoup d’agents qui en profitent. Mais, ce qu’il faut comprendre sur cette affaire, c’est que le président nantais est loin de céder», avoue notre confrère.  Cependant, si le bras de fer entre le défenseur sénégalais et la direction de son club s’exacerbe, sur le plan sportif, djilobodji est complètement exclu des plans de michel der Zakarian. l’entraîneur des Canaris a extrait djilobodji de son groupe de performance. Auparavant, même s’il ne jouait pas les matchs amicaux, il s’entraînait avec l’équipe. mais, depuis lundi dernier, djilobodji n’est plus avec le groupe des professionnels. «Nous l’avons vu s’entraîner seul, lors du dernier galop ouvert de l’équipe. Ce qui veut dire que le torchon qui brûle entre le joueur et le club de façon général est loin d’être éteint», conclut Julien grégoire