Partager

Dans un entretien à Presse-Océan, Issa Cissokho est revenu sur son départ du FC Nantes pour rejoindre le Genoa (D1 italienne).

Déterminé à quitter le FC Nantes pour rejoindre l’Italie, Issa Cissokho a été entendu il y a une dizaine de jours. Depuis, le latéral droit a tout de suite « été adopté » par ses nouveaux coéquipiers : « Ça chambre pas mal. Je pense qu’ils m’apprécient car, à la conférence de presse, j’ai fait rire les journalistes. »

Les entraînements vraiment plus durs

Que ce soit au niveau du cadre de vie, de la nourriture ou de la vie du vestiaire, Cissokho se plait déjà. En revanche, l’intéressé est surpris par les conditions d’entrainements : « Cela n’a rien à voir avec ce que j’ai connu à Nantes. Même les entraînements, j’ai l’impression que ce sont des matches. Au bout de 20 minutes, tu es quasiment out (rires) ! En plus, tu t’entraînes toujours avec un GPS. Il n’y a pas de préparateur physique. C’est vraiment autre chose. »

Il attend ses derniers impôts français

S’il n’a pas voulu évoquer directement la bascule financière réalisée entre un contrat au FC Nantes et un autre au Genoa, l’intéressé a reconnu qu’il avait changé de planète : « Il n’y a pas d’impôts ici ! C’est du cash. Mais j’attends les impôts de l’an prochain, ils ne vont pas m’oublier (rires)… Je vais penser à ma famille, ma petite fille. Et si, un jour, j’arrive à avoir de l’argent comme Ronaldo, je ferai des dons. J’aiderai le peuple africain. »