PARTAGER
A deux journées de la fin de la Ligue 1 guinéenne, Horoya AC de Khadim Ndiaye est déjà sacré champion avec 13 longueurs d’avance sur l’As Kaloum. Une belle récompense pour le portier international sénégalais de 30 ans désigné Meilleur gardien de la saison. Il est aussi en lice pour le Mbimba d’Or, trophée désignant le meilleur joueur, et celui pour le meilleur étranger du championnat guinéen.

Votre équipe, Horoya Ac est sacrée championne de la Guinée avant terme. Comment vous appréciez ce titre conquis haut la main ?

Cela a été une saison très longue et nous avons dû fournir beaucoup d’efforts. Il reste deux journées et nous sommes devant (44 pts) avec +13 points sur le deuxième (As Kaloum, 31 pts) qui a quatre matches à jouer. Le championnat est donc déjà plié. Mais nous voulons faire carton plein en gagnant tous les matches et prendre le maximum de points pour que tout le monde sache que nous méritons largement ce titre de champion.

C’est une bonne récompense personnelle pour vous aussi….

Bien sûr ! Je viens de boucler ma deuxième saison en Guinée et c’est déjà mon troisième titre. L’année dernière, j’ai gagné la Coupe nationale et la Super Coupe contre l’As Kaloum en début de saison, et maintenant le championnat. Nous avons un quart de finale de la Coupe de Guinée à disputer le 16 juillet contre Hafia et je vise un quatrième titre. Je fais partie des 3 nominés pour le trophée du «Mbimba d’Or» désignant le meilleur joueur du championnat. Je suis aussi en lice pour le trophée des meilleurs étrangers du championnat avec un Congolais et un Ivoirien. Et déjà, j’ai été plébiscité Meilleur gardien de la saison 2014-2015 et c’est une grande satisfaction.

Vous allez encore rester en Guinée pour combien de temps ?

Tout se passe bien ici. Nous avons un président ambitieux qui met beaucoup d’argent pour le club. Il a confiance en moi et me voue un grand respect. Je suis bien aimé. Maintenant, il y a ce projet d’intégrer les phases de poule (de la Ligue des Champions africaine, Ndlr) en 2017. Si j’ai de meilleures offres, je les prendrais. Sinon, si je n’ai pas d’autres choses d’ici la fin du mercato, je vais prolonger.

Le Sénégal rencontre le Syli local au 2e tour du tour préliminaire du CHAN 2016. Comment voyez-vous le championnat guinéen ?

Je dirais attention à l’équipe locale de la Guinée. C’est un championnat très technique où il y a des internationaux avec 3 Burkinabè, un Nigérien, un Camerounais, 3 Guinées… C’est le niveau des joueurs qui a fait la différence. J’ai joué un match de préparation contre l’Equipe nationale (victoire des Locaux 2-1, Ndlr) et connais l’Equipe nationale locale de la Guinée. Ce sera quand même un match plaisant parce que ce sont deux bonnes équipes. Mon entraîneur en club est le sélectionneur de la Guinée. Je sais comment il va jouer et avec quel système à l’aller comme au retour et avec quels joueurs. Je suis un patriote et mise sur la bonne marche du football sénégalais. Le match est encore loin (octobre 2015) et peut-être que je viendrai au Sénégal d’ici là. J’irai à la rencontre du coach (Moustapha Seck, Ndlr) pour lui dire ce que je sais. Il pourra donc se préparer en conséquence. La Guinée est une bonne équipe avec de bonnes individualités, mais elle n’est pas meilleure que le Sénégal.

Vous êtes donc bien armé pour revenir en Equipe nationale après votre dernière sélection face au Burundi ?

Je travaille toujours dur pour être à mon meilleur niveau parce que seule la performance peut aider un joueur à aller de l’avant. A chaque sélection, on fait appel aux 23 meilleurs joueurs sénégalais du moment. J’ai eu la chance d’être convoqué la fois passée et je travaille davantage pour mon avenir. Cela faisait longtemps que je n’étais plus en sélection, mais on ne m’a jamais entendu râler. J’ai toujours préféré travailler suffisamment pour être sélectionné. C’est donc à moi de continuer le travail pour être appelé. Et j’ai trouvé un groupe homogène où règne la fraternité et j’aimerais bien y rester parce qu’il y a une bonne vie de groupe.