Partager

 Vivement critiqué pour son choix d’aller en Chine, alors qu’il avait la possibilité de se revaloriser dans un championnat huppé, Demba Ba semblait s’éloigner de la tanière. La belle entame avec 2 buts dans son compteur et la médiatisation dans un championnat à l’extrême, est signe qu’on ne doit pas enterrer l’ennemi intime de Giresse, en dépit de ses 30 ans.

Demba Ba a la peau dure ! Le fait de s’exiler en Chine, un championnat de moindre envergure, pourrait être un blocage pour Demba Ba, pour une aventure en sélection. Dans la décision du joueur, motivée, par un aspect financier, on a vite fait de déceler un désintéressement vis-à-vis de la tanière, qu’il a peiné à dompter, en dépit de son statut de joueur plus expérimenté (ndlr : le seul à jouer dans une équipe de classe mondiale, Chelsea, dans la nouvelle génération).

La nouvelle recrue du club chinois Shanghai Shenhua a pris la claque des observateurs, parce qu’ils estimaient que le désormais attaquant de Besiktas a une place importante dans la nouvelle reconstruction de l’équipe nationale du Sénégal. Dans ce scenario, Demba Ba était calqué à évoluer dans une grande équipe, à la limite, une formation de renom, pour satisfaire les attentes.

Ce n’est tout de même pas peine perdue, parce que l’attaquant international est resté sur sa constance de buteur, avec 2 buts inscrits, en 3 matchs. Même si ce n’est pas le rythme des championnats européens, l’enchainement des matchs permettra à Ba d’avoir de la compétition dans les jambes. L’ancien joker de José Mourinho a déjà une avance sur les autres coéquipiers de l’équipe nationale dont la majorité n’a pas entamé les grandes compétitions. Demba Ba est donc dans le rythme et n’a pas encore piper le mot d’arrêter sa carrière internationale. «J’ai eu Ailiou Cissé au bout du fil et on a longuement discuté. Je lui ai dit que je n’ai pas pris la décision de prendre ma retraite internationale. Il est très content que je sois à la disposition de la sélection et il m’a compris», avait-il confié à nos confrères du journal Stades.

Aliou Cissé n’a encore rien décidé

Aucun commentaire de la part du sélectionneur national, au moment où Demba Ba, qu’il avait sorti du trou des entraves des dirigeants et d’Alain Giresse, essuyait les critiques acerbes qui dessinaient le destin incertain du joueur dans la tanière. Aliou Cissé, à l’en croire au mot, a besoin de Demba Ba. «C’est un garçon sur qui je compte», a-t-il précisé à l’occasion du forfait du joueur, pour blessure du regroupement de l’équipe nationale dans la perspective du match contre le Burundi. Si on peut juger cet intérêt de l’ancien capitaine des Lions de la génération 2002, d’un sentiment pour un joueur blessé, il sera difficile de ne pas accepter qu’Aliou Cissé avait un plan d’utilisation de l’ancien attaquant des Blues : un travail de sape aux côtés de Mame Birame Diouf, afin de faciliter le travail à Moussa Konaté. Une tâche qu’à bien exécutée l’ancien coéquipier de Papis Cissé à Newcastle contre le Ghana en amical (2-1) témoignera le nouveau patron des Lions à la fin de cette rencontre. La nouvelle recrue de Shanghai Shenhua a surtout un respect pour Aliou Cissé. «C’est un gentleman comme moi.»