Partager

Le coach des Lionceaux U20 Joseph Koto est monté au créneau vendredi, dans les colonnes du journal sportif Stades pour évoquer ses conditions de travail et ses 27 mois sans salaire. Une sortie qui a eu le mérite de faire réagir la Fédération , qui par le biais de son 2ème vice président, Abdoulaye Sow, a apporté des éclaircissements.

La sortie au vitriol de Joseph Koto relative à ses vingt-sept mois d’arriérés de salaire n’est pas passée inaperçue à la Fédération sénégalaise de football. Hier, à l’issue de la réunion du Comité exécutif de la FSF, Abdoulaye Sow est monté au créneau pour apporter des éclaircissements par rapport à la situation contractuelle de l’entraîneur des juniors. « La vérité dans cette affaire-là, c’est que depuis Abdoulaye Makhtar Diop, le ministère des Sports n’a pas validé les contrats des entraîneurs des différentes équipes nationales. De la même manière, quand Mbagnick Ndiaye est arrivé, il a refusé d’approuver les contrats que ses prédécesseurs n’ont pas voulu valider. Alors, à notre niveau, on a fait comprendre aux entraîneurs que puisque l’Etat n’a pas approuvé leurs contrats, nous prenons l’engagement de les payer pendant la période de la compétition. C’est-à-dire un mois avant le début des joutes. Les contrats n’ayant pas été approuvés, ils ne pouvaient pas avoir de salaire. Ainsi, un montant déterminé est engagé pour désintéresser les techniciens », a dit le 2ème vice-président de la Fsf. Mais quand, le ministre Mactar Bâ est arrivé, il a décidé d’éponger toutes les dettes dues aux entraîneurs. C’est ainsi que tout le monde a reçu l’intégralité des sommes dues à l’exception de Pape Boubacar Gadiaga et Sidate Sarr qui ont reçu des avances. Et le ministère s’était engagé à plaider pour un reste », a dit, le 2ème vice président de la FSF.

Pour le cas de Koto, Abdoulaye Sow de préciser : « Lors de l’audience que le président de la République Macky Sall a accordée au retour du Mondial des U20, il en a parlé avec le chef de l’Etat par les moyens contournés. Il n’est pas passé par les canaux officiels. Le Président a dit au ministre des Sports de trouver une solution à cela. Nous, cela ne nous lie plus parce que les contrats n’étant pas approuvés. Voilà les faits. Le seul entraîneur dont l’Etat a approuvé le contrat reste le sélectionneur de l’équipe A, mais tous les autres n’ont pas été validés. Au niveau de la fédération, rien n’a été caché, tous les entraîneurs sont informés de la situation », conclut-il.