Partager

L’exercice est fastidieux. Il consiste à parcourir un cahier de souvenirs vieux de 17 ans de professionnalisme, pour en sortir les sept plus belles histoires d’un lapin flingueur (surnom donné à l’international sénégalais en référence à sa vélocité et sa capacité à tromper les gardiens les plus vigilants). Henri Camara s’y est plié à cœur joie.

9 NOVEMBRE 2006 – Wigan-Charlton (3-2) : «Une volée splendide»

«Ce match (17e journée, le 9 novembre 2006) s’est disputé dans un contexte particulier : la veille à une heure du matin, on m’informe de la naissance de mon  fils. Je n’avais pas dormi de la nuit, mais le jour-j, j’étais libéré, heureux et bien dans ma peau. Comme si j’avais bouffé du lion. Résultat : j’ai inscrit un but d’anthologie (à la 41ème minute, le deuxième de Wigan). Techniquement, il était magnifique à tous points de vue : une reprise de volée splendide, suite à une passe en profondeur. La saison d’avant, j’avais inscrit un triplé contre la même équipe, mais ce but marqué en 2006 est resté gravé dans ma mémoire.»

26 MARS 2005 – Sénégal-Libéria (6-1) : «L’échappée solitaire»

«Le match retour Sénégal-Libéria (6-1, le 26 mars 2005) comptant pour les éliminatoires combinées Can-Mondial 2006, est aussi à retenir. Sur une relance de Diouf, je suis parti en solitaire. J’étais très loin des buts. En face, la défense adverse était en place. J’ai foncé et éliminé les quatre défenseurs qui étaient devant moi. On menait sur le score de trois buts à zéro, mais je n’avais pas encore marqué. Même pas une occasion. J’étais fou de rage. J’en voulais tellement que dès la réception du ballon, je ne me suis pas posé de question : je suis allé les défier. Rattrapé dans la surface de réparation, j’ai mimé une frappe qui a embarqué le gardien et le défenseur. Je n’avais plus qu’à pousser le cuir dans une case vide. C’est un de mes plus beaux buts en équipe nationale. A la fin de ces éliminatoires, j’avais 7 réalisations au compteur.»

1 MAI 2004 : Wolverhampton-Everton (2-1) : «Un but venu d’ailleurs»

«Le but inscrit avec Wolverhampton contre Everton (2-1, le 1 mai 2004 en match comptant pour la 36e journée), m’a aussi marqué. C’était suite à une perte de balle deColin Cameron. Il y a eu un contre et la balle m’est parvenue. Sans réfléchir, j’enchaîne par un tir puissant, qui effleure la barre transversale avant de rebondir derrière la ligne de but. Un but venu d’ailleurs, qui m’avait surpris moi-même. J’avais tenté ce geste improbable parce que j’étais en pleine bourre, j’enchaînais but sur but. J’étais intenable. J’étais heureux d’avoir marqué ce deuxième but victorieux contre  Everton de Rooney.»

29 NOVEMBRE 2008 – Wigan – West Brom (2-1) : «L’inexplicable»

«Avant cette rencontre (de la 15e journée) contre West Brom, Wigan était en position de relégable. Et on était mené(s) au score (dès la 47e minute, (but de Miller), mais j’ai pu remettre les pendules à l’heure (à la 61e minute). En faisant une passe à son gardien, le défenseur de West Brom ne savait pas que j’étais derrière. Dos au but, j’ai profité de son erreur pour faire une reprise qui est allée flirter avec le deuxième poteau, alors que j’étais au premier, le gardien itou. Jusqu’à présent, je ne peux pas dire comment j’ai fait pour envoyer le ballon au deuxième poteau. Inexplicable !»

16 JUIN 2002-Sénégal-Suède  (2-1) : «Un chef d’œuvre»

«C’était au mondial 2002. Le premier but du Sénégal contre la Suède. On était mené(s) au score. Pour moi, il fallait remettre les pendules à l’heure, mais surtout marquer mon premier but dans cette prestigieuse compétition. Ça me tenait à cœur. J’étais un peu revanchard. El Hadji Diouf est allé au duel avec le défenseur suédois, qui parvient à dégager le ballon de la tête. Je contrôle de la poitrine, feint une frappe, puis m’infiltre dans la défense, avant de réussir un tir croisé à ras de terre (37e minute). Modestie à part, c’est un but à montrer dans les écoles de football. C’est un chef d’œuvre. Mais le but en or (104e mn) a une saveur particulière. C’était la délivrance (victoire du Sénégal (2-1) synonyme d’une qualification en quarts de finale).»

16 mars 2005 – Sunderland-Wigan (0-1) : «Le plus spectaculaire»

«C’est lors de ce match contre Sunderland (29e journée) que j’ai inscrit leplus beau but de ma carrière. J’étais dans la surface de réparation. Devant moi, il y avait un défenseur qui tentait de dégager le ballon. Malheureusement pour lui, il a raté son geste. J’ai repris le cuir de façon instantanée, à demi volée presque, et le ballon est allé se loger dans la lucarne au deuxième poteau. Un but spectaculaire.»

21 décembre 2013 – Panetolikos-Ofi (1-2): «En solo»

«Comme contre le Libéria à Dakar, je suis parti en solo du milieu de terrain, balle au pied, enchaînant feintes et dribbles, jusque dans la surface de réparation, pour battre le gardien, qui sortait sur moi. Malheureusement, ce but solitaire n’a pas suffi contre Ofi (1-2 lors de la 17ejournée). (Il jouait à Panetolikos)»