Partager
Mame biram Diouf

Alors à Hanovre 96, Mame Biram Diouf était confiné au rôle d’intermittent, en sélection, derrière les Papiss Demba Cissé, Moussa Sow, Demba Bâ…. Pourtant, Alain Giresse a tenté de le faire sortir de l’ornière, mais ça n’avait  pas marché.

Angola-Sénégal (1-1), 7 juin 2013. A la pointe de l’attaque des «Lions», Mame Biram Diouf fait duo avec Papiss Demba Cissé. Moussa Sow est relégué sur le banc. La voie était dégagée pour que l’actuel attaquant de Stock City, alors joueur de Hanovre 96, gagne une place au soleil. Le match était d’importance, l’adversaire un brin fébrile en défense. Mais, Mame Biram loupe le coche. Il ne marque pas, ni ne donne de passe décisive. Même pour animer les couloirs, une tâche qu’il affectionne, il était aux abonnés absents. Seule consolation, il assure le repli défensif. Pas suffisant pour emballer Giresse, qui le fait sortir. Un attaquant, ça met les buts d’abord.

Libéria-Sénégal (0-2), une semaine plus tard. La sanction tombe : le nom de Mame Biram est biffé du onze de départ. Moussa Sow fait son entrée. Le Sénégal s’impose grâce à un doublé de Cissé. L’ancien joueur de Manchester United entrera, mais ne changera pas le score ni ne se rattrapera de son raté d’une semaine plus tôt. Très peu pour soutenir la concurrence.