Partager
Destination privilégiée pour de plus en plus de joueurs sénégalais, l’Angleterre tend à devenir le nouveau terrain de jeu des Lions de la Teranga. Ils sont de plus en plus nombreux à tenter leur chance outre-Manche au fil des périodes de transferts, pour former désormais un véritable contingent « made in Senegal » au pays de sa Majesté.

Il s’en est passé du temps depuis l’époque d’Ali Dia, premier Sénégalais à avoir posé ses valises dans le championnat anglais en 1996. Près de 20 ans après le passage furtif de l’attaquant trentenaire du côté de Southampton, où il n’a guère marqué les esprits si ce n’est pour avoir réussi à signer un gros contrat après avoir été présenté par des représentants comme le cousin de George Weah, ils sont désormais une petite colonie à avoir fait de l’Angleterre une destination prisée.

La génération 2002 a ouvert la voie

Après la première vague des El Hadji Diouf, Salif Diao, Aliou Cissé ou encore Papa Bouba Diop, tous arrivés après le Mondial 2002 des Lions de la Teranga, pour des résultats mitigés, une nouvelle génération a emboîté le pas à celle de ses glorieux aînés. Phénomène qui s’est accéléré ces dernières saisons, avec l’afflux massif d’internationaux à l’instar de Sadio Mané (Southampton), Cheikhou Kouyaté et Diafra Sakho (West Ham), Pape Souaré (Crystal Palace), Idrissa Gana Gueye (Aston Villa) et Dame Ndoye (relégué avec Hull City), qui ont tous rallié la Premier League depuis l’été 2014 pour rejoindre Papiss Cissé (Newcastle), Armand Traoré (relégué avec QPR), Mohamed Diamé (Hull City) et Mame Biram Diouf (Stoke City).

« C’est un championnat de rêve et je n’ai pas regretté d’y aller« , confie ainsi Kouyaté, le milieu de terrain de West Ham dans les colonnes deL’Observateur. « Pour moi, c’est le meilleur championnat du monde et je vais essayer de confirmer mes prestations de la saison dernière. » Et c’est là que réside la principale nouveauté : cette nouvelle génération arrive à s’imposer et surtout à confirmer sur la durée par rapport à celle de ses aînés.

Kouyaté : « La Premier League est taillée pour les Lions« 

Arrivé la saison dernière dans le quasi-anonymat à Southampton, après deux saisons et 45 buts au Red Bull Salzbourg, Sadio Mané en est le parfait exemple, tout comme l’adaptation éclair de Diafra Sakho avec West Ham ou de Dame Ndoye à Hull, même s’il n’a pu éviter la descente en Championship aux Tigers. De quoi faire des Sénégalais une nouvelle cible de choix. « Mes dirigeants et mes amis au club, tout le monde me demande d’attirer des joueurs de l’équipe nationale« , confie le milieu de terrain des Hammers. « Maintenant, les Sénégalais ont marqué leur territoire. Ce sont des joueurs qui s’adaptent vite, et ce championnat est fait pour eux (…) La Premier League est taillée pour les Lions.« 

Alors les Sénégalais convoitent-ils désormais la Premier League parce qu’elle leur est adaptée, ou est-ce alors simplement les clubs anglais qui sont conquis par leur profil ? La vérité est sans doute à mi-chemin pour Pape Diouf. « Il n’y a pas d’explication rationnelle à ce nouveau phénomène. Peut-on pour autant parler de mode ? Je ne pense pas« , explique l’ancien agent de joueurs et président de l’OM dans le quotidien Stades. « Plus sûrement, je crois simplement que la Premier League a découvert la qualité des joueurs sénégalais et que ces derniers sont de plus en plus regardés, surtout s’ils sont déjà en Europe.« 

« Le football anglais est devenu le premier en Europe et y jouer, pour un acteur, c’est quand même valorisant« , conclut l’ancien dirigeant. Entre des affiches aussi alléchantes les unes que les autres presque chaque semaine, l’impact physique exigé, l’exposition médiatique et les fortes rémunérations perçues, difficile de ne pas vouloir franchir le pas pour de nombreux Lions. Et si Idrissa Gueye est le dernier en date à avoir rejoint l’Angleterre, le flot d’arrivée est loin d’être terminé pour ce mercato, Kara Mbodji ou encore Papy Djilobodji étant régulièrement annoncés outre-Manche.