Partager

Depuis qu’il a quitté l’AS Monaco, Massamba Lo Sambou, souvent blessé, n’est plus sous les feux des projecteurs. À 29 ans, le pensionnaire de Limassol (Chypre) reconnaît avoir commis des erreurs dans ses choix, mais compte rebondir et continuer à vivre son rêve.
«Je suis parti en Inde juste pour relancer ma carrière parce que je revenais de blessures à Chateauroux. Je voulais revenir dans la compétition, et il y avait l’opportunité indienne qui s’était présentée. Il y avait des grands joueurs et des grands noms qui étaient déjà sur place. Je me suis engagé pour trois mois. C’était une expérience très enrichissante. C’est après que j’ai rejoint le championnat chypriote avec limassol pour six mois.
Aujourd’hui, je suis en fin de contrat. là, je discute avec un certain nombre de clubs y compris limassol. Je veux trouver quelque chose de mieux pour progresser. Il y a des discussions en cours avec quelques clubs français et j’aimerais vraiment faire le bon choix pour retrouver le haut niveau. Aujourd’hui, je fais face à un challenge
sportif. en France, les clubs réduisent leurs effectifs. la ligue 2 française m’intéresse mais, généralement, les clubs ont des soucis financiers. d’ailleurs, c’est ce qui a fait que j’ai quitté Chateauroux qui n’était pas un club ambitieux. Il n’y avait pas la stabilité et le sérieux auxquels on peut s’attendre. Pour ne pas trop en pâtir, j’ai pris la décision d’aller voir ailleurs. un retour en France est envisageable.

Sentiment de déception
Il y a toujours du regret, mais pas de déception. Je sais que je peux faire beaucoup mieux. malheureusement,
j’ai été handicapé par des blessures à répétition. À monaco, tout se passait bien, mais les blessures n’ont pas facilité ma situation. maintenant, il faut que e continue à bosser parce qu’il  n’est jamais trop tard. Aujourd’hui,
j’ai plus d’expérience. Parfois mes choix sportifs n’ont pas été bons. Je veux vraiment me relancer, j’en ai fort besoin. Je veux rejoindre un championnat plus huppé et plus suivi que celui de Chypre.

Piges en sélection
Je garde de bons souvenirs de la sélection. Certes, mes passages y ont été courts, mais je n’oublierai jamais ces instants magiques. J’ai eu la chance de côtoyer de grands footballeurs sénégalais qui sont des références en Afrique. C’est vrai que cela fait un moment, mais pour revenir en sélection, je dois bosser dur, retrouver un club qui me permettra d’être plus vu, médiatiquement »