Partager

Schalke, Wolfsburg, Werder Brême en Allemagne… Tottenham, Newcastle, Watford en Angleterre, mais aussi des clubs turcs, français, italiens, également tous intéressés, etc.

Alors que la chasse à Moussa Konaté, buteur du FC Sion très demandé, affole le marché, Christian Constantin n’y donnera pas suite; en tout cas pas dans l’immédiat. Entre rumeurs et réalité, le président du FC Sion n’entend pas lâcher son attaquant, attendu d’ailleurs ces prochaines heures en Valais.

PUBLICITÉ

«Moussa doit continuer à progresser chez nous pour entrer plus tard dans un autre marché. Il a déjà franchi un pas en avant, il doit maintenant en effectuer d’autres, et il le sait. En l’état, il n’y a pas lieu d’entrer en matière pour des offres qui ne correspondent pas au véritable potentiel du joueur.»

Vers une autre dimension

Au moment de construire une équipe pour viser le titre, le boss de Tourbillon ne cédera donc pas son joyau, acquis 500’000 francs l’été dernier, alors qu’il vaut désormais plus de 12 millions. «Konaté doit se préparer à intégrer le moment venu une équipe leader dans un grand championnat européen, un Top 5.»

Christian Constantin entend donc aborder les échéances de la reprise avec son duo composé de Konaté et d’Assifuah. «Ils n’ont que 22 ans et l’un et l’autre toute leur carrière encore devant eux. Ce ne sont pas des produits de consommation qui sont périssables, ils doivent simplement encore acquérir une autre dimension.»

Embolo toujours dans le viseur

Pour Konaté, un éventuel départ en Angleterre est aussi freiné par son statut de néo-international sous le maillot du Sénégal, où il n’est pas toujours titulaire (11 sélections, 5 buts). Or, outre-Manche, le règlement pour l’obtention d’un permis de travail prévoit que tout mercenaire voulant évoluer en Premier League doit au préalable avoir joué au moins 75% de ses matches en sélection durant les deux dernières années – un pourcentage que Konaté n’a pas encore atteint avec les Lions de la Téranga.

Quant à l’intérêt que le FC Sion et son président portent à Breel Embolo, il n’a pas diminué. «Concernant Embolo, conclut Constantin, je suis preneur, au prix que j’ai indiqué ce week-end (ndlr: 15 millions de francs). Entre Konaté et Edimilson Fernandes, Embolo ne dépareillerait pas.»

Une manœuvre offensive visant autant à déstabiliser un FC Bâle que Sion aimerait concurrencer dès la rentrée, qu’à baliser le terrain des ambitions valaisannes.