Concurrence dans les cages des Lions : Khadim Ndiaye – Bouna Coundoul,...

Concurrence dans les cages des Lions : Khadim Ndiaye – Bouna Coundoul, le feu est au vert

Partager
La cage des Lions semble être désormais la chasse gardée d’Abdoulaye Diallo. Derrière le portier du Havre (Ligue 2 française), se dessine une concurrence farouche qui opposera Khadim Ndiaye et Bouna Coundoul.

Numériquement, Aliou Cissé a fait appel à Khadim Ndiaye, à la place de Bouna Coundoul qui était dans le trio de gardien avec Abdoulaye Diallo et Lys Gomis. Un geste qui déclenche une émulation au sein des portiers. Ironie du sort, le gardien de but du Horoya de Guinée, alors numéro 2, derrière Bouna Coundoul, sous le magistère d’Amara Traoré (ndlr : lors de la Can 2012), a très vite été extirpé de la sélection, par Alain Giresse, dans un choix sportif. Lequel a donné feu vert à Bouna Coundoul durant trois ans.

L’ancien protégé d’Amara Traoré arrive donc au moment où son bourreau est dans une impasse : manque de compétition et en âge très avancé. Ce n’est pas cela qui casserait le moral du portier en service du Sud. Bouna n’accepterait d’être envoyé à la retraite, à 30 ans. «C’est à cet âge que les gardiens de but acquièrent de l’expérience», a-t-il fait savoir à nos confrères de Waasports.

Comme pour répondre au protégé de Giresse, désormais sans statut avec Aliou Cissé, le portier du club «Guinéen» déclare dans le quotidien Stades : «Je ne veux plus quitter cette équipe.» Il y prend gout.

La cible de Khadim Ndiaye semble ne plus être Bouna Coundoul, mais plutôt, l’homme de confiance d’Aliou Cissé. Lequel ne devrait plus dormir sur ses lauriers, en dépit de la bonne cohabitation qu’il a vécue dans la tanière avec le portier du Horoya Ac. «On fera une concurrence saine et loyale et celui qui sera choisi sera encouragé par les autres. Parce que nous défendons tous les mêmes couleurs», a-t-il alerté.

Si le natif de Louga regarde plus haut, l’ancien pensionnaire du championnat de Chypre en rit sous cape : «S’il (Khadim Ndiaye) peut apporter un plus à cette équipe, c’est normal qu’il soit là.» Bouna a accepté sa non sélection, pour n’avoir pas été en compétition. Maintenant que tout est rentré dans l’ordre, il promet de revenir en puissance. «Le jour où je sentirai que je ne peux plus apporter quelque chose à l’équipe nationale, je le dirais. On n’est pas à ce stade», précise-t-il. Dans cette concurrence, il va falloir compter avec Lys Gomis et Pape Demba Camara, deux jeunes pousses aux dents… ou aux bras larges.