Partager
aliou Cissé

Le sélectionneur national Aliou Cissé a fait face à la presse à l’issue de la dernière séance d’entrainement avant le match de ce samedi, comptant pour la première journée des éliminatoires de la CAN 2017.

Bilan de la préparation

On a fait dix jours de regroupement, cela nous a permis de bien nous préparer. Nous avons bien mis les choses en place et j’espère qu’on jouera de la même façon face au Burundi demain (samedi). C’est vrai que les joueurs sont venus au compte-goutte au début du regroupement mais c’est normal, l’essentiel pour nous c’est de rester concentré afin de gagner le match.

Burundi, adversaire facile

Il est clair qu’on va vers un match piège parce que sur le papier, on est supposé etre meilleur que le Burundi. Maintenant à nous de le prouver sur le terrain, par notre jeu et de montrer qu’on est chez nous. Bien entendu ça ne sera pas un match facile, à nous de le rendre facile. Um match de football reste tel qu’il est, il n’y a pas de petite équipe.

Pression du premier match

On abordera ce match comme celui face au Ghana c’est à dire avec plus de discipline et de rigueur. Les joueurs rentreront sur le terrain en ayant envie de remporter ce match car le premier match nous tient à coeur et nous voulons vraiment l’aborder de la meilleure des manières. Pour cela, on se donnera assez de moyens et on espère incha’Allah gagner avec l’aide du public.

Contexte de fin de saison
Les joueurs sont des professionnels. Ils sont emmenés à gérer toutes les compétitions. Etre international est important, le rêve de tout footballeur est de défendre les couleurs de son pays. Et je dis souvent aux joueurs que si on est footballeur et qu’on n’est pas international, ce n’est pas intéressant. S’agissant maintenant de la pelouse et de l’environnement, il faudra s’adapter, les joueurs n’auront pas de problème car ce sont tous de professionnels.

Stratégie face au Burundi

Je ne vais pas dévoiler ici ma stratégie car l’adversaire nous écoute et nous entend. Vous verrez notre façon de jouer.

Enjeu du match

C’est un match important pour nous, il faudra impérativement le gagner. Il n’y aura pas d’euphorie, ce sera un match équilibré. On s’attend à un match difficile, dans un autre contexte que celui disputé contre la sélection locale (défaite 1-2 des A). On ne va pas refuser ce costume de favori mais il faudra que l’on soit à la hauteur.  Les joueurs ont envie de réaliser de bonnes choses, ça je le sens. Je n’ai pas trop envie de parler de l’adversaire, ce qui importe c’est mon équipe. On est donné favori et un favori doit de confirmer son statut sur le terrain.

Démons du passé

J’ai l’impression qu’il y’a trop de défaitisme ici. On verse trop dans le pessimisme or moi dans ma tete ce qui importe c’est de gagner. Je ne suis pas en train de penser à ce qu’il s’est passé il y a dix ans. On a tellement de choses à faire dans le présent qu’on ne pense ni au passé ni au futur.

Appel au public

Pour le match contre le Burundi, je lance un appel au peuple pour qu’il vienne soutenir son équipe. Je suis convaincu que les supporters seront là. Il n’ y a pas de crainte parce que c’est un match de football qu’on doit gagner. Les gens ont envie de voir les Lions  gagner. J’en profite profite pour leur demander de venir nombreux supporter leur équipe.