Tanière, El Hadji Diouf: « Il faut qu’on donne le pouvoir à...

Tanière, El Hadji Diouf: « Il faut qu’on donne le pouvoir à Sadio Mané»

Partager

Sadio Mané ne s’en cache pas. C’est dans le cœur du jeu, là où se noue l’intrigue du match et s’installe le rapport de force, là où tout se décide dans l’instant et parfois même dans l’urgence qu’il se sublime. Mais en Equipe nationale du Sénégal, le joueur est coincé sur un côté. Une position qui irrite les spécialistes. El Hadji Diouf, double Ballon d’Or africain, Pape Fall, meilleur latéral à la Can 86, et Olivier Perrin, son formateur au Fc Metz, piaffent d’impatience de voir la pépite sénégalaise dans sa zone préférentielle, être le dépositaire du jeu des Lions.

EL HADJI DIOUF, DOUBLE BALLON D’OR AFRICAIN

«Sadio joue avec le frein à main en sélection. Il faut qu’on lui donne le pouvoir»

«Sadio a les qualités, mais pour gagner un Ballon d’Or ou être un patron d’équipe, il faut qu’on te laisse jouer. Il a besoin de cette liberté pour tenter des choses sur le terrain. Pour moi, il joue avec le frein à main en Equipe nationale. Il faut qu’on lui donne le pouvoir, à 200%, pour qu’il montre ce qu’il sait faire. Quand j’ai gagné mon deuxième Ballon d’Or, je n’avais pas marqué un seul but en Coupe du monde. Mais j’ai régalé le peuple. Des bons joueurs qu’on avait, j’étais le meilleur, le phénomène. Maradona l’a dit : tout le monde peut marquer des buts par chance, mais tout le monde ne peut pas faire lever les foules. Au Caire, 110 mille spectateurs se sont levés pour m’applaudir.»

PAPE FALL, ANCIEN INTERNATIONAL SENEGALAIS

«On ne profite pas assez de ses qualités en Equipe nationale»

«On met en place un système en fonction des qualités dominantes des joueurs. Celles de Sadio sont : la vitesse, le drible et la percussion. Sur un contrôle, il peut se mettre face au but. De par ses qualités, surtout dans le dernier tiers du milieu de terrain, Sadio est mieux derrière l’attaquant. Les gens commencent à connaître sa façon de jouer sur le côté : il ne déborde pas souvent, il rentre intérieur du terrain. N’ayant pas, avec l’absence de Pape Kouli Diop (blessé et absent face au Burundi samedi prochain), en Equipe nationale des joueurs capables d’impulser de la vitesse, Sadio peut faire du bien en étant derrière l’attaquant dans un 4-4-2 en losange. Sur la verticalité, ses partenaires pourront le retrouver rapidement. Il sera beaucoup plus efficace dans l’axe. Dans la zone de finition, il est notre meilleur élément capable d’impulser de la vitesse, d’éliminer et de conclure. Ce n’est pas pour rien qu’il a fait une aussi grande saison avec Koeman à Southampton en Angleterre. Le gamin s’épanouit dans l’axe. Mais en Equipe nationale, on ne profite pas assez des qualités de Sadio Mané. Amara Baby peut le suppléer sur le côté gauche ou un autre joueur capable d’éliminer et de mettre de bons ballons. L’autre problème à résoudre, c’est la complémentarité avec l’attaquant et les déplacements coordonnés des deux attaquants. Bref, le problème du circuit préférentiel de l’équipe.»

OLIVIER PERRIN, SON COACH FORMATEUR AU FC METZ

 «Derrière l’attaquant, il peut faire la différence tout seul»

«Sadio peut être un joueur de côté qui élimine, mais aussi un numéro 10. Sa polyvalence est intéressante par rapport à ses trois postes quand on joue en 4-2-3-1. Sur une ligne de trois, derrière un attaquant, il serait intéressant de le voir. Parce qu’il est capable d’aller faire la différence tout seul ou de faire une derrière passe tout fini, de jouer à gauche ou à droite sans problème. Sa position dépendra de l’animation à mettre en place. Mais il est capable de s’appuyer sur un avant-centre pour faire la différence. Moi, je préfère le voir derrière l’attaquant. Sadio n’aime pas jouer sur le côté. A Southampton, au début, il y était, mais a fini par être un électron libre. Il avait les clés du jeu. Un deuxième attaquant capable de débloquer un match à lui tout seul, il n’y a pas beaucoup de joueurs de ce style.»