Partager
sadio mané

Sa superbe saison en Angleterre l’a suivi en équipe nationale. Pressenti comme meneur de jeu dans l’équipe d’Aliou Cissé, Sadio Mané se « cache » derrière une disponibilité affichée à l’endroit du coach. Entre l’Angleterre et la « Tanière », le joueur de Southampton lâche tout.

Comment appréciez-vous le nouveau code de conduite en équipe nationale ? 

En ce qui me concerne, je l’ai appris à travers la presse. Mais si ce code de conduite venait à être appliqué, ce serait quelque chose de normal. On est venu en équipe nationale pour jouer et satisfaire le peuple sénégalais. Donc c’est à nous de respecter les ordres du sélectionneur et d’accepter tout ce qui est interdit en équipe nationale, c’est tout.

En équipe nationale, certains vous collent un statut de patron. Comment pensez-vous gérer cela ? 

Ce n’est pas mon objectif d’être le patron de l’équipe. Je suis jeune et l’avenir est devant moi, donc je me considère comme les autres joueurs de l’équipe. Mon objectif c’est d’être performant à chaque fois qu’on me fait confiance.

Comment préparez-vous le match du 13 juin contre le Burundi ? 

C’est tout le groupe qui est motivé. Nous avons hâte de retrouver le stade Léopold Sédar Senghor et faire face à notre public afin de donner le meilleur de nous-mêmes. C’est un match très important puisqu’en Afrique il n’y a plus de petites équipes. Toutes les formations se valent. C’est à nous de faire très attention.

Avec votre échec à la dernière Coupe d’Afrique, pensez-vous pouvoir reconquérir vite le cœur des Sénégalais ? 

C’est ce que nous cherchons à faire tous les jours. Avec Aliou Cissé, c’est une autre page qui s’ouvre. C’est à nous d’en profiter. Nous ferons tout pour satisfaire le public samedi prochain contre le Burundi. Je dis au public d’être patient et le meilleur reste à venir.

Vous êtes passeur décisif trois fois sur Moussa Konaté. Qu’est-ce qui fait cette complicité entre vous deux ? 

Moussa et moi, on se connaît depuis très longtemps. On s’entend à merveille quand nous sommes tous les deux ensemble sur le terrain. C’est une histoire qui date des Jeux Olympiques (Ndlr : Londres 2012). C’est un attaquant très intelligent dans ses appels, il a un bon placement. Je suis vraiment content d’évoluer avec lui.

Vous êtes le troisième meilleur passeur de l’équipe derrière Kouly Diop et Dame Ndoye qui sont absents. Pensez-vous pouvoir les remplacer dans l’animation du jeu? 

Oui et c’est pour ça que nous sommes en équipe nationale. Je suis prêt à jouer à tous les postes même dans les buts (rires). C’est vrai que mon poste de prédilection c’est de jouer derrière l’attaquant, c’est là que je me sens plus à l’aise.

Mais avec l’arrivée d’Amara Baby ou d’Henry Saivet, qui sont de bons joueurs de couloirs, ne pensez-vous pas être le seul joueur capable de jouer comme meneur ?

Avant tout, c’est un poste très important que d’être meneur. Dans une équipe, si l’animation offensive ne marche pas c’est toute l’équipe qui est handicapée. Si on me confie ce poste, je ferais tout mon mieux pour satisfaire le coach. Je suis là pour aider l’équipe à progresser.

Comment jugez-vous votre saison à Southampton ? 

C’est une saison réussie. Je suis vraiment satisfait de ce que j’ai fait. La saison a été longue et pleine de rebondissements. Mais Dieu merci j’ai obtenu ce que je voulais, c’est-à-dire réussir ma première année en Angleterre.

N’est-ce pas un championnat difficile par rapport au championnat autrichien ? 

Pour moi, la Premier League est le meilleur championnat du monde. Un championnat très physique, très technique également. N’empêche, j’ai pris du plaisir tout au long de la saison.

On vous a vu marquer presque face à tous les grands du championnat, Arsenal, Chelsea, etc. Qu’est ce qui explique cette régularité ? 

J’aime les grands défis. Quand je joue contre de grandes équipes, je me sent libéré, pas de pression. Contre Chelsea ou Arsenal, que vous venez de citer, on retrouve des défenseurs de grands gabarits. Et qui me connaît sait que je suis très à l’aise en jouant contre ce genre de défenseurs.

Quels sont les défenseurs qui vous ont le plus fatigués durant la saison ? 

Je dirai personne. C’est vrai que dans le championnat Anglais on trouve presque tous les meilleurs défenseurs au monde, mais durant toute la saison je ne me sentais vraiment pas menacé. Je prend à chaque fois du plaisir en rencontrant ces défenseurs présumés les meilleurs dans le championnat. Aussi, le fait de se frotter à ces genres de défenseurs me motive à aller toujours vers l’avant.

Malgré une bonne saison avec Southampton, vous n’avez pas été nominé lors de la cérémonie des oscars du club. Est ce une déception ? 

(Il hésite un moment) Non je ne dirais pas une déception. Mon objectif ce n’est pas d’être nominé à la fin de la saison, mais plutôt d’être performant à chaque fois que je suis sur le terrain. C’est tout ce que je peux dire par rapport à cela.

Vos relations avec Koeman ? 

C’est un entraineur que je considère comme un père. Il a beaucoup joué dans ma progression. C’est un entraineur que j’apprécie beaucoup, parce qu’il a des méthodes et des styles de travail irréprochables. En plus il me fait confiance. C’est vraiment un plaisir de progresser à ses côtés.

Vous avez marqué le triplé le plus rapide de l’histoire de la Premier League cette saison contre Aston Villa. Comment avez-vous vécu cet événement en Angleterre ? 

C’était super, mais je suis resté modeste. Après le match j’ai été sollicité par la presse anglaise pendant des jours. J’ai reçu des félicitations de partout. Des interviews par ci, des photos par là. Il y a de grands noms du football mondial qui sont passés par ce championnat et qui n’ont pas réussi cette performance. C’était vraiment magnifique.

De Génération Foot à Southampton en passant par Metz, Salzbourg et les Jo de Londres, êtes vous surpris de cette progression rapide ? 

Je pense que ce n’est pas une question de surprise. Quand tu trouves que les gens t’apprécie et trouvent que tu progresses, c’est à toi de confirmer. J’ai des objectifs qui sont bien définis, qui sont de franchir des étapes au fil des saisons. Et pourquoi pas, un jour, gagner des titres individuels et collectifs en club et en équipe nationale ?

Vos perspectives pour la saison prochaine ? 

Mon ambition c’est de faire plus que la saison écoulée. Je suis bien à Southampton, il y a un public magnifique. Donc il est temps de continuer ma progression avec cette équipe et l’aider à gagner des titres.