PARTAGER

Ayant évolué en Ligue 1 sénégalaise, précisément au Jaraaf de Dakar, Khadim Ndiaye (Sénégal) portier du Horoya Ac et Ibrahima Sory Soumah (Guinée) de l’As Kaloum ont réalisé leurs rêves d’intégrer leurs sélections nationales. Le sénégalais dans son équipe A et le Guinéen dans son équipe locale.

Ils ont servi, les deux, le club médinois. Aujourd’hui, ennemis intimes, pour appartenir à deux clubs rivaux de Conakry : Horoya Ac et As Kaloum. Khadim Ndiaye et Ibrahima Sory Soumah affichent pourtant le sourire dans le championnat Ligue 1 Rio Tinto de Guinée. Tous en provenance de la Ligue 1 sénégalaise, précisément du Jaraaf de Dakar, ils ont réalisé leur rêve d’intégrer leurs sélections nationales. Après trois années d’absence, Khadim Ndiaye, le portier du Horoya Ac, effectue son come back dans la tanière des Lions. Amené dans le club de Matam par Amara Traoré, le Saint-Louisien a participé à deux coupes d’Afrique des clubs avec l’équipe d’Antonio Souaré. Une performance qui a tapé dans l’œil du sélectionneur national, Aliou Cissé. Une satisfaction pour les Guinéens. «C’est une fierté. Nous avons la tradition de voir nos joueurs partir dans leurs sélections nationales. Khadim Ndiaye n’est pas le premier joueur du Horoya à être sélectionné dans son équipe nationale. Pendant la Can 2015, nous avons eu deux Burkinabés qui ont joué avec les Etalons. Il y aussi Fodé Camara qui a joué pour la Guinée. Disons ici, ils sont tous des internationaux. C’est donc une émulation dans ce sens aussi», a confié un membre du staff technique des Rouge et blanc de Conakry. Ibrahima Sory Soumah lui a moins corsé que le portier sénégalais. Il se contente d’une présélection de 38 joueurs en équipe locale de Guinée. La Guinée version locale va croiser son homologue Libérienne, pour le compte des éliminatoires de la quatrième édition du Championnat d’Afrique des Nations (Chan) Rwanda 2016. «Ibrahima Sory Soumah n’a pas mis du temps à s’imposer à l’As Kaloum. Il mériterait mieux que cette équipe nationale locale. Mais je pense qu’il a la patience de ne pas brouiller les étapes», témoigne un journaliste sportif qui soutient, dans les deux cas, un travail de base instauré au Sénégal : «Ces deux joueurs montrent une grande disparité avec les autres. Ils sont tactiquement au dessus du lot. Il faut remercier le Sénégal pour cela.»