PARTAGER

Fils d’un ancien international et petit fils d’un ancien sélectionneur national, Mamadou Thiam, l’attaquant franco-sénégalais de Dijon (Ligue 2 française) avait des atouts en mains pour embrasser la carrière de footballeur et rêver de la sélection nationale.

C’est désormais chose faite, avec la coupe du monde des moins de 20 ans pour le jeune attaquant natif de la région parisienne. Thiam fait partie des renforts appelés par Joseph Koto pour donner plus de poids à son attaque pendant le Mondial qui démarre samedi en Nouvelle-Zélande.

Mamadou Thiam, fils de Pape Idrissa Thiam, ancien joueur du Dial Diop de Dakar qui est allé monnayer son talent en France et en Chine dans les années 90, n’a pas cherché de midi à 14h quand Koto a fait appel à lui.

Quitte à zapper la dernière partie de la saison de son club Dijon qui pourtant était en course pour la montée en Ligue 1 française.

‘’Oui Dijon était en course pour la montée en Ligue 1 mais une Coupe du monde, ça n’arrive pas tous les jours’’, a dit l’attaquant à l’APS à quelques heures avant son départ de Dakar, samedi dernier.

Mamadou Thiam a signé récemment son premier contrat professionnel et joué six matchs avec Dijon. Il sait que ‘’la coupe du monde est une plateforme extraordinaire pour tout footballeur’’.

‘’Je sais l’importance d’une telle compétition dans la carrière d’un joueur et en venant en sélection je perpétue aussi une tradition familiale avec la sélection nationale’’, a dit le petit fils d’Abdoulaye Thiam, l’entraîneur de l’équipe nationale lors des Jeux de l’amitié en 1963.

Le Dijonnais est aussi le petit fils du très célèbre chroniqueur sportif, Abdoulaye Diaw (ce dernier est le père de la maman du joueur). Il connait les grandes attentes de sa famille et de ses amis sénégalais pour cette compétition.

‘’Vous savez, moi je n’ai jamais coupé avec mes racines, pendant les vacances, nous revenons voir la famille’’, a-t-il dit, se laissant aller à des mots wolofs pour montrer son ancrage dans sa culture sénégalaise.

Interpellé, son père, ancien attaquant professionnel, relève que même s’il y avait le choix d’un autre maillot, ‘’il sait ce que représente l’équipe nationale pour la famille’’.

‘’A lui de jouer sa partition et j’espère qu’il comblera ce que je n’ai pas pu faire en sélection nationale’’, a dit Pape Idrissa Thiam qui n’a joué ni CAN ni coupe du monde, dans sa carrière de footballeur.

Sur son fils qui est allé jusqu’en Terminale avant d’embrasser la carrière de footballeur, il raconte qu’il a pourtant tout fait pour l’en dissuader.

‘’Il n’en a bavé sur le plan physique et je l’ai obligé à aller jusqu’en Terminale’’, a rappelé Pape Idrissa Thiam, refusant de s’épancher sur les qualités de footballeur de son fils.

Tout juste consent-il à lâcher sa fierté de voir son fils représenter le Sénégal et surtout de lancer cet appel à la prière pour que ‘’l’équipe nationale junior représente dignement notre drapeau en Nouvelle Zélande’’.

Pape Idrissa Thiam, qui a été aussi international junior, se souvient des conditions spartiates dans lesquelles il évoluait en sélection nationale.

‘’C’est la nuit et le jour et c’est à eux d’en profiter pour permettre au football sénégalais de briller à cette compétition’’, a ajouté l’ancien attaquant international.