PARTAGER
As Pikine

Nommé sur le banc de l’As Pikine pour assurer l’intérim jusqu’à la fin de la saison, après la démission d’Alassane Dia, Cheikh Tidiane Ndione dit «Tchallang» a la lourde tâche de sauver le champion en titre de la relégation.

Il a la mission de sauver l’As Pikine. Chargé d’assurer l’intérim après la démission d’Alassane Dia, le 3 mai dernier, après la défaite face à la Linguère (16e J.), Cheikh Tidiane Ndione «Tchallang» a la lourde tâche de maintenir le champion en titre en Ligue 1. A six journées de la fin du championnat, le club de la banlieue (13e, 8 pts) est avant-dernier de la Ligue 1, avec trois longueurs de retard sur l’Olympique de Ngor (12e, 21 pts), première équipe non relégable. Mais après deux matches sur le banc, le bilan n’est guère reluisant. Au nul contre l’As Douanes (0-0, 19e J.), s’est ajouté le revers contre Guédiawaye Fc (0-1, 20e J.) dans le derby de la banlieue, dimanche dernier. Une «défaite amère», selon le successeur d’Alassane Dia qui «déplore la violence d’après-match». «Ce n’est pas bon pour l’image du football sénégalais et du sport en général», estime celui dont la devise est : «Beau sur le terrain et en dehors.»

«Pikine en Ligue 2 ? Je n’y pense même pas !»

Confirmé N°1 pour assurer l’intérim après la défaite contre le Jaraaf (18e J., 0-1), Cheikh Tidiane Ndione, plus connu sous le sobriquet de «Tchallang», du nom d’un ancien supporter du Jaraaf et de l’Equipe nationale du Sénégal qui s’appelait Moustapha Tchallandou Sène, il connaissait déjà l’ampleur du chantier pharaonique. «Je savais que ce ne serait pas facile, confie-t-il. Mais je m’y connais et si j’ai osé prendre cette équipe, c’est parce qu’il y a du solide laissé par le Kaiser Alassane Dia. Je peux y arriver. J’y crois dur comme fer. Je ne pense pas, même pas une seconde, que Pikine descendra en Ligue 2.» Seulement, avertit «Tchallang» : «Il ne faut pas paniquer.» Il compte «travailler sur la concentration pour les attaquants, leur redonner de la confiance pour qu’ils marquent».

Une qualité que l’ancien attaquant veut transmettre à ses jeunes frères. Formé aux Niayes de Pikine, ancêtre de l’As Pikine, où il a débuté en minimes et connu la montée en Deuxième division en 1989, il a aussi joué au Port (93-95) et à la Suneor où il a gagné le championnat du Sénégal en 1996. De retour au Port en 2000, il a été vice-champion du Sénégal et vainqueur de la Coupe nationale la même année. Mais «Tchallang», c’est aussi l’ancienne «terreur» des défenseurs en navétane avec l’Asc Natangué de Pikine. Il y a gagné beaucoup de trophées et des titres de meilleur buteur dans les années 90. Il a connu son heure de gloire en Equipe nationale dans les années 90, «avec les Lamine Cissé Diongue et Aly Male».

Du déjà vu pour lui…

A la fin de sa carrière, à cause d’une vilaine fracture, il s’est reconverti en entraîneur. Entraîneur des juniors de l’As Pikine, il gagne la Coupe régionale de Dakar, deux ans d’affilée (2010 et 2011), et le championnat national (2010). Depuis 2013, il a intégré le staff de l’équipe première sur la demande d’Alassane Dia qui fut son coach à la Sonacos (actuelle Suneor, Ndlr) et avec qui il a été champion du Sénégal en 1996.» Contrairement à ceux qui parlent d’une malédiction au stade Amadou Barry, Cheikh Tidiane Ndione se veut optimiste. «Il nous reste des matches de championnat, de Coupes du Sénégal et de la Ligue et on va y parvenir. Nous gagnerons à Amadou Barry», promet «Tchallang» qui avait déjà sauvé la Sonacos d’une relégation. Avec comme entraîneur son mentor Alassane Dia, celui à qui il succède et avec qui il a déjà vécu une situation similaire. «En 1996, nous avons joué la première édition de la Ligue des Champions africaine. Nous avons été éliminés par le Raja Casablanca. Mais en 1997, on jouait le maintien en Première division.» Onze ans après, il se retrouve chargé de la même mission. Mais cette fois-ci, il devra le faire depuis le banc, comme l’avait réussi Alassane Dia avec le club du Baol.