PARTAGER
Bayal Sall

 Ils sont 12 joueurs sénégalais à prendre part à la saison 2014-2015 de la Ligue 1 française. Les fortunes sont diverses, à une journée de la clôture du championnat. 

Papy Djilobodji et Issa Cissokho (Nantes)

Tant mieux, Nantes a  assuré son maintien, mais la prestation des sénégalais de cette équipe laisse à désirer. Ce n’est pas la plus décevante. Au regard de leurs performances, la saison dernière, la présente n’est pas la plus parfaite. Une exception, Issa Cissokho, auteur de 32 matchs, le plus régulier des sénégalais en Ligue 1. Le frère d’Aliou Cissokho d’Aston Villa a été étincelant sur ses remontées et ses centres. Tout le contraire de Papy Djilobodji tergiversant, après une Can décevante. Le Kaolackois, en maille avec la commission de discipline (27e journée : FC Nantes – EA Guingamp), peut bien profiter des vacances pour faire une autocritique de ses 29 titularisations en 30 matchs.  Rémy Gomis est à l’image de Papy Djilobodji.

Bayal Sall (Saint Etienne)

Tout est bien qui finit bien. Une belle entame de saison, puis un break dû à des petits bobos, c’est le résumé de la saison de Bayal Sall.  Longtemps éloigné des terrains, le stéphanois n’a pas tremblé à son retour des pelouses pour reprendre sa place et s’imposer en leader dans la défense des Verts. Physiquement, il est resté le même roc, bien qu’il ait raté le défi de museler son ennemi intime Zlatan Ibrahimovic. Ses chiffres sont quand même parlants : 22 matchs, 1 but inscrit, 1 seul tir cadré sur 12. Et 27 fautes, c’est un grand progrès.

Lille Gana Gueye

Le Losc a pris un revers 4-0 face à Marseille, sans Idrissa Gana Gueye. Une opportunité pour le togolais Romao de mettre l’entre jeu Lillois dans sa poche. Le stade Saint Pierre Mauroy a regretté l’absence du milieu défensif sénégalais, devenu le poumon de l’équipe, dans le secteur de l’entre jeu. A l’image des précédentes saisons, Gana Gueye a rendu jusqu’ici une copie sans faute.  En 31 dont 29 matchs joués, le frangin de Pape Ndiaye Souaré est resté dans une constance dans sa performance, avec une nette amélioration à l’animation offensive. Longtemps confiné devant la défense,  le prodige de Diambars  a osé prendre des initiatives outre défensives. 14 tirs cadrés sur 32 réussis. Ses 3 buts marqués représentent 15% des buts de son équipe marqués à l’extérieur.  La totale !  Il a aussi tenté les caviars et a réussi 2 passes décisives.

Cheikh Mbengue (Rennes)

C’est l’un des plus réguliers des sénégalais, cette saison, en Ligue 1, avec 31 matchs. Epargné des petits bobos, Cheikh Mbengue a marché sur l’eau, avec une constance dans la performance. Bien que passif sur les replis défensifs, l’international sénégalais s’est montré généreux sur les montées et les centres bien ajustés, à l’image de sa brillante prestation face aux Corses (36ème journée). Ses stats : 1 passe décisive, 3 tirs cadrés sur 7.

Lamine Sané et Henri Saivet  (Bordeaux)

C’est une saison réussie pour Bordeaux, à en croire Lamine Sané, capitaine des Girondins. «On savait qu’un match nul nous suffirait pour espérer une qualification pour les éliminatoires de l’Europa League, l’objectif est donc atteint», s’est t-il réjoui après le nul (1-1) pris à  Gerland.  Le résultat du dernier match, ce samedi, contre Montpellier, n’aura aucun incident sur la position de Bordeaux qui gardera sa 6ème place qualificative de l’Europa League. A l’image du club de la Girondine, les deux sénégalais Lamine Sané et Henri Saivet ont accompli une saison remarquable. Sané a joué 22 matchs dont 21 titulaires. Expulsé une seule fois, le frangin de Salif Sané a commis moins de fautes (14). Le capitaine de Bordeaux a aussi apporté dans l’animation offensive de son club, avec un but, soit 3 % des réalisations de son équipe à domicile, 3 tirs cadrés sur 7 et 1 passe décisive. Henri Saivet, plombé par une blessure répétitive, s’est tapé 16 matchs, avec 6 titularisations. Il a été présent dans l’apport offensif, avec 7 tirs cadrés sur 20.

Lamine Gassama (Lorient)

L’objectif du maintien est atteint pour Lorient. En difficulté à 10 journées de la fin, les Bretons ont mis le turbo pour remonter la pente. Lamine Gassama a été d’un apport considérable à la réalisation de cette performance. Le latéral droit sénégalais a pris part à 30 matchs en tant que titulaire. Défensivement, il s’est largement amélioré, jouant plus haut et étant très costaud dans son couloir,  avec 27 fautes commises et 6 avertissements. Son apport dans l’animation offensive s’illustre par les 51 fautes subies et 1 seul tir cadré, 1 passe décisive, 1 but inscrit.

Les têtes de turcs

Guirane Ndaw, Ndiaye Dème Ndiaye et Modou Sougou étaient très courts pour empêcher la relégation de leurs clubs respectifs : Metz, Lens et Evian Thonon Gaillard en division inferieure. A l’image de leurs clubs, ils ont été méconnaissables. Si le messin et l’Evianais ont eu un temps plus ou moins satisfaisant, le Lensois s’est contenté du minimum. Les stats.

Guirane Ndaw : 27 matchs dont 25 titularisations, zéro passe décisive, 11 avertissements, 65 fautes commises, 30 fautes subies et 9 tirs cadrés sur 35.

Ndiaye Dème Ndiaye : 7 matchs dont 3 titularisations,  1 passe décisive et 3 tirs cadrés sur 6, 2 fautes commises et 1 subie.

Modou Sougou : 23 matchs dont 9 titularisations, 1 but marqué, 3 passes décisives, soit 17 % des passes à domicile, 3 tirs cadrés sur 14, 13 hors jeu, 4 corners, 22 fautes commises. 16 subies.