PARTAGER

La rencontre entre le Guédiawaye Fc et l’As Pikine (1-0) disputée, samedi 16 mai au stade Amadou Barry, a encore été émaillée de violence. Il s’en est suivi de chaudes empoignades obligeant les forces de police à tirer des grenades lacrymogènes pour disperser les foules qui voulaient s’en prendre au trio arbitral. Cette situation a ainsi poussé les dirigeants de l’As Pikine à s’interposer suite à l’arrestation des jeunes supporters.VIOLENCEs A LA FIN DU MATCH

A en croire le chargé de communication de l’As Pikine, les forces de l’ordre se sont pris à un joueur de l’As Pikine du nom Sadio Diao qui est brutalisé ;

«C’est inadmissible qu’on brutalise un joueur qui a sué plus de 90 mn pour ensuite être frappé à bout portant .Cela heurte notre conscience de voir un joueur avec un maillot sur le dos recevoir des coups d’un policier » dénonce d’emblée Lamine Guèye. Et de poursuivre : «Nous allons visionner les vidéo dans nos locaux. Nous allons ensuite porter plainte contre ce policier qui a brutalisé le joueur» a indiqué ce dernier. Les échauffourées entre les supporters et forces de l’ordre ont duré plus d’une trentaine de minutes.

Les forces de l’ordre ont été contraints de se regrouper avec leur matériel de protection pour exfiltrer autour le trio arbitral du stade. Six supporters ont d’ailleurs été interpelés par les forces de l’ordre. Quel sera la suite à donner à ces nouveaux incidents ? Il faut rappeler que le match devrait se jouer à huis clos mais un appel introduit par le président du Gfc, Diamil Faye, a poussé les autorités sportives de surseoir à cette décision.

Pour marquer le fair play et gagner le pari de la mobilisation, les parents du défunt Ibrahim Gning, qui a perdu la vie lors des manifestations du match à l’aller, ont fait le déplacement .C’est son père qui a donné le coup d’envoi et a invité les deux clubs à la non violence. Un appel resté malheureusement vain.