PARTAGER

A sept journées de la fin du championnat et obligé de quitter son équipe pour les besoins de la prochaine Coupe du Monde U20 en Nouvelle-Zélande (30 mai – 20 juin 2015), Malick Daf ne dispose pas de suffisamment de temps pour «reconstruire une équipe».

Tenu en échec (1-1) par Mbour Petite-côte en clôture de la 19e journée de Ligue 1, le Port (14e, 12 pts) manque l’occasion de revenir à deux longueurs de l’AS Pikine (13e, 18 pts), premier non relégable. Pape Moussa Kane a arraché le point du nul à la 80e minute, après l’ouverture du score pour les visiteurs par Pape Diène Faye d’une superbe frappe du droit (16e). Un résultat loin de décourager son entraîneur, dans l’optique du maintien dans l’élite. Au contraire, Malick Daf se veut optimiste pour la suite de la course, à sept journées de la fin du championnat. «Il ne faut pas non plus cracher sur le nul. Dans le contenu du match, nous n’avons pas mal joué, assure-t-il. Mais on a pris un but en première période sur des erreurs individuelles.» Des défaillances qui font dire au coach du club portuaire : «Nous n’avons pas encore appris des leçons du passé». Car estime-t-il, «ce match était largement à notre portée, parce qu’on l’a dominé à un moment donné, en nous procurant plus d’occasions que l’adversaire».

Le Jaraaf, «match capital»

Le prochain adversaire sera le Jaraaf, actuel 10e de Ligue 1, qui devance les portuaires de dix longueurs. Un «match capital» pour sortir un peu la tête des eaux troubles où nage le port depuis le début du championnat. Pour cela, «il faudra rester serein, calme et préparer le prochain match contre le Jaraaf, qui lutte pour le maintien», affirme M. Daf, qui sort déjà la calculette : «Si on gagne, on sera à 15 points. L’AS Pikine est à 18 points et Ngor à 21. Il suffit d’enchaîner les victoires pour sortir du trou.» Sauf que pour une formation qui a «perdu neuf titulaires», l’effectif ne permet pas d’avoir des ambitions au-delà du maintien. «Nous avons des jeunes joueurs et le temps ne nous permet pas de reconstruire une équipe», explique le coach de la lanterne rouge de Ligue 1, qui estime pourtant être en mesure de tenir son rang. «On voit que toutes les équipes se valent», dit-il, avant d’ajouter : «sur les 5 derniers matches, aucune équipe ne nous a vraiment dominés, mais cela se joue sur des détails. On maîtrise les matchs, mais on encaisse des buts. Il faudra rester lucide et faire les correctifs nécessaires pour se préparer aux prochaines échéances.»

«Le discours a été dur»

Des perspectives auxquelles Malick Daf ne prendra pas part. Dans quelques jours, il s’envolera avec la sélection des «Lions» juniors en Nouvelle-Zélande pour la Coupe du Monde U20 (30 mai – 20 juin 2015). Une absence de presque un mois pendant laquelle son équipe devra faire sans lui. Au moment de quitter ses joueurs pour aller en regroupement, hier après le match, l’adjoint de Joseph Koto a tenu à lancer un message à ses joueurs. Au cours d’un speech qui a duré de longues minutes dans le vestiaire, il leur a donné ses dernières consignes avant de partir pour le centre technique Jules François Bocandé de Toubab Dialaw où se préparent les juniors. «Mais les joueurs ont été bien dopés dans le vestiaire après le match, confie-t-il. Le discours a été dur. Il était question de les remobiliser pour leur faire comprendre qu’ils doivent croire en eux et savoir que toutes les équipes se valent.» Mais il en est conscient, «c’est difficile pour une équipe» de devoir faire sans son coach. «Mais c’est le métier d’entraîneur qui l’exige, dit-il. La Nation est prioritaire et il faut le comprendre ainsi.» Mais la dernière fois que le Port a fait sans lui pendant la période de la CAN U-20 à Dakar, l’équipe s’est enlisée dans les abysses du classement, avec une place de lanterne rouge de Ligue 1.

Koto et Daf à Toubab Dialaw

L’Equipe nationale des juniors entame la dernière phase de sa préparation avant d’aller en Nouvelle-Zélande pour le Mondial U-20 (30 mai – 20 juin 2015). A la fin du match du Port face à Mbour Petite-Côte, Malick Daf est parti à Toubab Dialaw avec Joseph Koto et le docteur Ndoye, qui l’attendaient déjà dans le parking du stade Demba Diop. L’équipe est en attente des visas qui doivent venir de la représentation diplomatique néo-zélandaise qui se trouve à Afrique du Sud.