PARTAGER

A seulement 19 ans, l’arrière latéral gauche de la Lazio Rome, Moustapha Seck, est l’objet de toutes les convoitises. Comme un latéral qui monte, Seck popurrait être d’un apport considérable pour Joseph Koto en vue de la prochaine Coupe du monde est U20.
Né, il y a 19 berges, Moustapha Seck est le prototype du défenseur latéral. très tonique, très vif, il est de plus très tranchant et techniquement percutant. S’il évolue souvent comme un joueur de débordement, l’ancien Barcelonais serait d’un apport considérable pour Jospeh Koto pour la prochaine Coupe du monde des u20. Même s’il n’a pas encore fait ses grands débuts à la lazio de rome, le Sénégalais multiplie les bonnes prestations avec l’équipe laziale des u21 et attire l’intérêt de certaines grosses cylindrées européennes comme tottenham qui souhaitent l’enrôler dans leur effectif. Hier, pendant que son téléphone sonnait, Moustapha Seck se la coulait douce avec son ami et coéquipier à la lazio rome, Mamadou tounkara. C’est avec un enthousiasme  non feint que le latéral gauche a accepté de retracer son parcours parti du Sénégal, plus  précisément à Pikine avant le départ pour l’espagne à l’âge de 5 ans. «C’est à 7 ans qu’on m’a inscrit à Camparia, un club de quartier. À 9 ans, j’ai intégré le centre de formation de Barcelone. J’aurais aimé rester le plus longtemps possible, mais au FC Barcelone, il y a beaucoup de grands footballeurs et c’est très compliqué là-bas. Après, j’ai décidé de regagner la Lazio de Rome parce que mon ami Mamadou Tounkara était là. Il a parlé de moi aux dirigeants. Par la suite, on m’a invité à un stage avant que les dirigeants ne prennent la décision de me garder», nous a-til dit, dans un wolof «débrouillé». S’agissant de la Coupe du monde qui profile à l’horizon, l’ancien capitaine du FC Barça des u17 dit «être impatient de voir son nom sur la liste des joueurs qui doivent défendre les couleurs sénégalaises en Nouvelle Zelande», a-t-il dit.