PARTAGER
KAra Mbodj
Journaliste sportif au quotidien belge Le Soir, Frédéric Larsimont est un observateur averti de la Jupiler League. Il livre son analyse sur la progression de l’international sénégalais, Kara Mbodj et les perspectives qui s’ouvrent désormais à lui. 

Quel regard portez-vous sur la saison de Kara Mbodj avec le Racing Genk ?

L’année dernière déjà, Kara Mbodj avait fait une grosse saison au sein d’une défense très solide, avec les Kalidou Koulibaly, parti par la suite à Naples. Ils avaient constitué une défense vraiment performante. Cette année-ci, le départ de Koulibaly ne l’a pas aidé, parce qu’il s’est retrouvé avec plusieurs coéquipiers différents en défense centrale. De façon globale, la saison de Genk n’a pas été facile. Le club n’a pas décroché le 1er groupe des Play Off, il a fini par se qualifier sur le fil au 2e groupe, mal commencé, avant de finir très bien et de garder toujours une chance d’être européen la saison prochaine. C’est en gros une saison faite de hauts et de bas.

Après deux saisons en Belgique, a-t-il suffisamment convaincu pour aller à un niveau plus élevé ?

Kara Mbodj est un très bon défenseur central. Il n’y a aucun doute sur ses qualités. Malheureusement, dans un club qui va moins bien, la visibilité des joueurs peut en pâtir. Il est encore protégé par son contrat (qui court jusqu’en 2018) dans un très bon club belge. Malgré la saison mitigée, Genk fait partie des 5 meilleurs clubs du pays. C’est un club qui a du crédit, qui sait transférer ses joueurs, même s’ils sont jeunes, comme Thibault Courtois ((Ndlr : international belge, passé par Genk avant de rejoindre Chelsea et l’Atletico Madrid), Kévin De Bruyne ((Ndlr : international belge passé également par Genk, avant de rejoindre Chelsea et Wolfsburg)… Maintenant, c’est clair que si Mbodj évoluait à Anderlecht, par exemple, il vaudrait aujourd’hui plus cher. Je n’ai pas écho qu’il soit dans le viseur des trois grands clubs belges que sont Anderlecht, Standard de Liège et Bruges, maintenant, hors de la Belgique, cela va se jouer sur l’entregent de son agent (Ndlr : Thierno Seydi, très introduit dans le championnat anglais).

On parle de plus en plus de l’intérêt de clubs anglais comme Newcastle, West Ham, qu’il a failli rejoindre en janvier ou encore Everton, qui se serait signalé dernièrement… A-t-il les épaules suffisamment larges pour s’imposer dans la Premier League ?

Je le verrai très bien dans le championnat anglais. Il est taillé pour ce football. Je trouve qu’il a les qualités qu’il faut pour s’y imposer. Il est très physique, il n’a pas peur des duels. Pour une découverte, Everton peut paraître un cran assez élevé, mais je lui conseillerai un club où il aurait davantage de temps pour s’exprimer sans pression, comme dans un club du milieu de tableau du championnat anglais. Il a une marge de progression assez intéressante. Avec l’expérience qu’il est en train d’emmagasiner, il va grandir encore plus vite. Le championnat belge est très difficile au niveau de l’engagement physique, ça pourrait faciliter son adaptation si jamais il allait en Angleterre. Généralement, ceux qui viennent de France sont même assez surpris par le défi physique qu’ils trouvent ici.

Donc, vous le voyez plus en Angleterre qu’en France ?

Oui. Je ne sais pas si la France l’intéresse, je le vois plutôt en Angleterre. Déjà que les clubs français ne paient pas généralement bien, sauf pour les grosses vedettes. Je ne sais pas combien voulait donner West Ham au mois de janvier dernier, mais en Angleterre, il pourrait bien se retrouver s’il faisait un bon choix pour rejoindre un club où il pourrait progresser et faire valoir ses qualités, avec le temps.

Cheikhou Kouyaté, qui était dans le championnat belge, réussit ses débuts en Angleterre, comme d’autres Sénégalais qui y font une très belle saison. Cela peut-il jouer en faveur de Kara Mbodj ?

Le Sénégal a toujours eu de très bons joueurs. En Belgique, on en a eu de très bons, comme un certain Khalilou Fadiga, qui était super. Cheikhou Kouyaté est en train de réussir sa première saison en Angleterre, après avoir fait ses armes en Belgique. Lui comme Kara, sont des joueurs à fort potentiel physique, ils sont taillés pour le football anglais. Je suis certain qu’il y frappera très fort, vu son profil et son sérieux.