PARTAGER
LSFP

Depuis le début du professionnalisme en 2009, rare ou bien jamais le championnat du Sénégal n’aura connu autant de retards pour plusieurs raisons : le match Egypte-Sénégal et Sénégal-Botswana et des décisions administratives, notamment la non confection encore des licences. Les clubs ainsi que la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP) sont dans un flou total après trois reports.

Alors que la saison de Ligue 1 devait reprendre ses droits initialement le 15 novembre dernier, elle a été une première fois repoussée d’une semaine (22 novembre) puis reporté au 29 novembre, avant d’être fixé au week-end du 6 au 7 décembre prochain, la Ligue professionnelle et les différents clubs sont dans l’imbroglio. Et pourtant, à l’heure actuelle, impossible de savoir quel week-end débutera officiellement le championnat national même si Saer Seck, le président de la Ligue professionnelle a donné deux dates butoirs.

La Ligue pro, le cœur du problème

Et que dire de la Ligue professionnelle ? L’instance se disait prête pour un meilleur démarrage de la nouvelle saison. Au lieu de cela, la structure se retrouve dans l’incertitude de pouvoir faire débuter les 40 clubs professionnels dans les meilleurs délais. Saer Seck refuse d’admettre qu’il ne peut pas gérer tout en même temps (président de Diambars, membre à la Fédération de football et président de la Ligue professionnelle).

Mais la situation de la Ligue professionnelle semble encore plus compliquée qu’ailleurs. Les licences des différents clubs professionnels n’ont toujours pas été confectionnées même si Saer Ser a laissé entendre que le logiciel qui devra servir d’établissement des licences des équipes professionnelles, arrive cette semaine.

Un manque de professionnalisme si on peut l’évoquer ainsi de la part de la Ligue professionnelle qui n’avait pas hésité à fixer une date pour la reprise de la saison alors que toutes les conditions n’étaient pas réunies.

Du coup, ces nombreux paramètres résument plus que bien l’incapacité des dirigeants sénégalais à gérer le football.

Les clubs passifs

D’autres clubs pâtissent indirectement aux changements de dates. Leurs prochains jours  restent aussi flous alors qu’ils sont en préparation depuis près de deux mois. Dépendants de la décision de la Ligue professionnelle, les clubs sont dans l’incapacité de se préparer correctement pour le prochain exercice qui approche à grand pas. Hier encore, après le nouveau report a été annoncé, des clubs sont restés dans leur faim selon nos informations.

Espérons que le 6 décembre, ce sera le démarrage officiel.