PARTAGER
giresse

Dans les colonnes de « Waa Sports », l’entraineur des Lions, Alain Giresse s’est livré à quelques confidences sur le bilan de l’équipe nationale de football dans les qualificatiions à la CAN 2015.

Interrogé à propos du comportement de l’équipe lors de ces matchs de qualifications à la Can, Alain Giresse a avoué le match disputé à Dakar contre le Botswana l’avait beaucoup plu. « Ce match n’avait pas d’enjeu. On aurait pu tomber dans les facilités, dans le désordre tout simplement parce que la quête de résultat n’était pas impérative. Mais on a vu que la discipline collective a été respectée ». Pour lui, le match référence est celui disputé contre l’Egypte au Caire. « Je peux citer contre l’Egypte au Caire parce que c’est la qualification et le match qu’il ne fallait pas perdre. Ce match, je ne l’avais pas perçu comme une finale mais comme une demi-finale. J’ai dit aux joueurs qu’on joue une demi-finale au Caire avant la finale à Dakar. On est allé au-delà. Et en termes d’intensité émotionnel, ce match est une référence. En termes de contenu, je peux citer le match contre la Tunisie à Monastir. Je pense que la première période qu’on a livrée là-bas est énorme », a-t-il déclaré. Le sélectionneur national a ensuite indiqué qu’il aurait aimé rejouer le match contre la Tunisie à Monastir. « Je vais vous surprendre parce que tout le monde pense au match de Monastir. Pour moi, c’est contre la Tunisie à Dakar. Tout simplement parce qu’on a été victime de tout. C’est le match le plus frustrant de tous disputés dans les qualifications. Parce qu’à Monastir, on ne peut que s’en prendre à nous-mêmes. Mais, à Dakar, on est tombé dans le piège d’un jeu fermé. Sans compter la mauvaise prestation de l’arbitre »

Lors de cet entretien, Giresse a fait des « sorties de terrain » pour évoquer les propos de certains lions dans la presse. « On ne peut pas empêcher un joueur qui n’est pas sélectionné, un joueur sur le banc, un joueur qui sort en cours de jeu d’être mécontent. Le cas contraire aurait été anormal. C’est-à-dire voir un joueur content sur le banc, sur la touche ou en cédant sa place. Aucun joueur n’est content s’il n’est pas aligné. Mais le problème, c’est le comportement et les réactions qui diffèrent. Ceux qui râlent dans la presse manquent de respect pour les joueurs convoqués »

Alain Giresse s’’est aussi confié sur les déclarations de Demba Bâ. « J’ai été surpris par sa réaction. Je suis surpris d’avoir vu sa réaction parce que ce ne sont les mêmes propos que j’ai entendu dans les échanges qu’on a eu », lâche t-il en reconnaissant aux joueurs la liberté de parole. « Il y a la liberté de parole. On ne peut pas empêcher un joueur de parler. Sanction pour moi, ça veut tout dire et rien. Ce n’est pas facile de sanctionner quelqu’un qui est dehors. Mais, il y a une chose : Que les joueurs qui fassent dans la presse assument ce qu’ils disent »