PARTAGER
Moussa Sow et Papiss Demba Cissé

Le Sénégal a terminé les éliminatoires de la Can 2015 en beauté, hier, en infligeant un cinglant revers (3-0) au Botswana, au Stade Léopold Sedar Senghor. Une opportunité pour Giresse de ressusciter les coiffeurs.  

Il y a des opportunités qu’on ne laisse pas filer. Et surtout quand on se fait barrer par une concurrence à la pointe de l’attaque des Lions. Papis Cissé et Moussa Sow ont bien décrypté le signal d’Alain Giresse qui les a ressuscités dans le changement opéré dans son onze type qui a décroché une victoire face à l’Egypte (1-0), samedi dernier.

Ces joueurs ont démontré qu’ils ont du répondant. Plombé par une blessure au genou qui l’a encore dérangé, hier, Papis Cissé a mis profit les 56 minutes qu’Alain Giresse lui a accordées. L’attaquant de Newcastle n’a pas tergiversé pour concrétiser en but,  la seule occasion qu’il a obtenue (27’),  pour inscrire la balle de break, 7 minutes après l’ouverture du score par Kara Mbodj. Très moyen tout de même dans le repli défensif et les duels dans la défense adverse.

Tout comme l’attaquant des Magpies, Moussa Sow s’est aussi rattrapé après son passage à vide contre l’Egypte à Dakar, en inscrivant le troisième but de la tête. Le sociétaire de Fenerbache aurait marqué cette rencontre de son empreinte, si sa tentative de bicyclette n’était pas écartée par Kabelo Dambe, le portier botswanais.

Cheikh Mbengue au repos, après sa brillante prestation au Caire, a suivi, Pape Ndiaye des bancs. Le défenseur de Lille a crânement défendu ses chances de récupérer son couloir. Il y a mis du cœur et de l’énergie. Boukary Dramé, entré en fin de la rencontre à la place de Cheikhou Kouyaté (76’), n’a pas eu le temps de faire grand-chose.