PARTAGER
Giresse et Gadiaga
Les lions ont bouclé hier leur séance d’entrainement à Paris. Occasion de faire le point avec le sélectionneur national, joint par téléphone. Pour Giresse, le groupe qui quitte Paris pour Le Caire ce jeudi est au point en direction du rendez-vous de samedi. Avec des ambitions claires.

Au bout de trois séances d’entrainement, comment sentez-vous votre groupe ?

Alain Giresse : Aujourd’hui (Ndlr : hier mercredi) c’était notre dernier jour d’entrainement à Paris et dans l’ensemble tout s’est bien passé. D’abord, on a eu les conditions de travail qu’on souhaitait. Que ce soit pour l’hébergement comme pour le lieu d’entrainement. Pour les séances, les joueurs ont aussi répondu présents. Au début, c’était un travail de reprise car les joueurs avaient eu des matches le weekend. Mais aujourd’hui, on a été plus précis par rapport au match. Et on a mis en place un système tactique (Ndlr : hier, la séance était à huis clos).

Sur quel aspect avez-vous le plus insisté ?

Sur le travail technique qui est en liaison avec le match. On a revu l’animation du jeu et c’est très important.

Comment trouvez-vous le groupe ?

C’est un groupe plein de vie. Les joueurs se portent bien. Maintenant on doit canaliser cette ambiance pour l’introduire sur le terrain. On sait que ce ne sera pas facile. Mais si on arrive à transporter cette dynamique collective avec nous, tout se passera bien.

Sadio Mané et Moussa Sow sont-ils rétablis ?

Ils vont très bien. D’ailleurs, ils se sont entrainés avec le même rythme que les autres aujourd’hui (hier). Rien ne signale pour eux. Ils sont opérationnels pour samedi.

Pourquoi Kara Mbodji ne s’est pas entrainé samedi ?

Il avait une lourdeur au niveau de ses adducteurs. C’est pourquoi on avait décidé de le laisser se reposer. Il va bien lui aussi. Hier, il s’est bien entrainé avec le groupe.

Est-ce que Papiss Cissé est prêt à 100% ?

Il n’y a aucun soucis avec Papiss Cissé, il s’est entrainé normalement durant les trois séances que nous avons effectuées. Surtout lors de la séance d’aujourd’hui (hier) ou tous les joueurs se sont appliqués et on fait l’effort physique attendu. Je n’ai rien remarqué de bizarre chez Papiss.

Peut-on s’attendre à des changements samedi par rapport au onze de départ aligné contre la Tunisie ?

(Rires) Oui, il y en aura puisque Momo Diamé avait démarré ce match et là il est forfait. Pour le reste on verra les joueurs qui vont être alignés et quel système mettre en place le jour du match.

Vous attendez-vous à un match attentiste des Egyptiens, comme contre la Tunisie ?

Non, l’Egypte ne joue pas pareil. Les Egyptiens ont un jeu technique et ont de la vivacité. En plus, ils sont dans l’obligation de gagner. Ils ont un jeu rythmé et ne versent pas dans la force pour s’imposer. De toute façon on ira en Egypte pour faire un résultat et ne pas perdre.

Vous avez convoqué Kouyaté en tant que défenseur. Est-ce qu’il va occuper ce poste qui est son ancienne position en équipe nationale ?

Pour notre premier match contre l’Egypte (victoire 2-0 Dakar), Cheikhou Kouyaté avait été convoqué comme défenseur et c’est au milieu que l’avais utilisé. Donc vous voyez que cela n’a pas d’importance. En plus, j’ai toujours dit que je prends en compte la polyvalence des joueurs.

Cheikh Mbengue avait fait deux bonne prestations lors des derniers matches contre la Tunisie. Avec le retour de Souaré, sur quel critère allez-vous vous baser pour choisir entre les deux ?

Je vais me baser sur les critères que je recherche. Mbengue et Souaré sont de bons joueurs. On ne doit pas non plus oublier Boukary Dramé qui occupe le même poste qu’eux. La différence se fera au niveau du choix sportif.

Depuis que vous êtes là, c’est la première fois que Momo Diamé est absent. Avait-il un rôle particulier à jouer en dehors du terrain ?

Mohamed Diamé est un bon joueur sur la plan moral et il a aussi de la personnalité. Maintenant, il faut que les joueurs se passent de lui, fassent sans lui. C’est toujours regrettable de perdre un joueur comme lui, mais les blessures et football vont ensemble. On lui souhaite de guérir vite.

Avec la réduction du nombre de places dans le stade du Caire, qui passent de 75 000 spectateurs à 25 000, pour des raisons de sécurité, y voyez un avantage pour le Sénégal ?

D’une part oui, c’est un avantage. Mais ce n’est pas cela qui va rendre le match facile. En plus, le Sénégal a joué pendant un an sans son public. Donc on va se concentrer davantage sur le match que sur cela.

Les joueurs ne sont-ils pas abattus après avoir eu la nouvelle que le Maroc ne va plus organiser la Can et rien n’est encore clairement décidé par la Caf comme lieu de remplacement ?

Non. Si ce n’est pas le Maroc, ce sera un autre pays. C’est tout. De toute façon, il n’y aura pas de différence pour les joueurs.