PARTAGER
La FSF ne fait pas de fixation sur un match

Présent à la finale de la Coupe du Parlement, samedi, au stade Amadou Barry de Guédiawaye, le président de la Fédération sénégalaise de football s’est prononcé sur l’imbroglio qui entoure la tenue de la Coupe d’Afrique des Nations 2015 au Maroc.

«Je suis président de fédération et acteur du football et cela ne peut que me désoler qu’on ne puisse pas savoir si cette CAN se jouera ou non, et surtout qu’il y ait un risque de ne pas la jouer», affirme-t-il. «Mais tout compte fait, ajoute-t-il, il faut savoir que ce sont des situations qui dépassent les simples acteurs du football et présidents de fédération. L’affaire est en train de se régler entre la CAF et la Fédération marocaine. L’essentiel est de prendre en compte l’importance des questions de santé publique liées à Ébola. Mais aussi de savoir que quelles que soient les situations, l’Afrique a besoin d’évoluer dans tous les domaines et je pense que le sport en fait partie. Ce serait dommage qu’à cause d’une épidémie dans quelques pays qu’on puisse mettre toute l’Afrique et son football en quarantaine. C’est mon sentiment en tant qu’acteur du football.» Mais, poursuit Me Senghor, «il est clair que nous ne maîtrisons pas tous les paramètres. Laissons la CAF se prononcer dans quelques jours. Je pense qu’elle prendra la bonne décision dans l’intérêt supérieur du football en Afrique, tout en tenant compte des aspects liés à la santé publique qui sont des questions de souveraineté et d’intérêt général pour notre continent.»

Primes revues à la hausse

Le patron de la Fsf a également évoqué les deux prochains matches des «Lions» en Égypte (15 novembre) et à Dakar (19 novembre) contre le Botswana, lors des 5e et 6e journées des éliminatoires de la CAN 2015. «Pour cette campagne, l’État du Sénégal a fait des pieds et des mains pour rehausser le niveau de l’organisation, de la préparation et de la compétition de l’Équipe nationale. Nous continueront dans cette voie», assure Me Senghor qui rajoute que «les autorités du pays ont mis la main à la poche pour mettre l’équipe dans de bonnes conditions». «Nous avons augmenté les primes de résultats et l’environnement de la sélection a été parfaitement amélioré, notamment les conditions d’hébergement et de préparation au Sénégal, ajoute-t-il. L’ambiance au sein du groupe est bien gérée dans l’ensemble. Je pense que le même concept sera reconduit pour les deux prochains matches pour mettre les joueurs dans des conditions de performance, c’est-à-dire faire un bon résultat au Caire, et au besoin, venir confirmer à Dakar contre le Botswana.» Estimant que les «Lions» sont «motivés plus que quiconque pour atteindre cet objectif, le président de la Fsf estime que «ces joueurs sont une génération qui a envie de marquer son temps et son histoire et savent que cela passe par une qualification à la CAN 2015».